Vie privée : la fin du cryptage au Royaume-Uni ?

Les Britanniques ont du souci à se faire pour leur vie privée. Le gouvernement pourrait prochainement annoncer sa décision d’interdire le cryptage.

Notamment en raison des pratiques de la NSA, les entreprises technologiques ont introduit du chiffrement dans leurs solutions, que cela Apple dans iOS ou Google dans Android par exemple. Si ce cryptage les utilisateurs au sujet de l’inviolabilité de leur vie privée, cela pose problème aux autorités qui ne peuvent plus y accéder comme elles l’entendent.

Alors que la chasse au terrorisme est quelque chose de très sensible, le gouvernement du Royaume-Uni pourrait décider d’interdire le cryptage pour les entreprises technologiques.

Pourquoi interdire le cryptage ?

Pas plus tard que la semaine dernière, le gouvernement britannique avait clairement indiqué son intention de vouloir interdire le chiffrement. Mais en quelques jours, le vent semble à voir changé de direction.

Selon The Telegraph, c’est ce mercredi 4 novembre qu’un rapport doit être remis sur la question, un document qui mentionnerait par exemple le fait que « des sociétés comme Apple, Google et d’autres, offrent du cryptage avancé alors que même qu’elles sont incapables de les déchiffrer quand on leur demande ».

Le texte recommande qu’il soit exigé que « les fournisseurs de services et les entreprises de haute technologie doivent pouvoir transmettre le contenu des communications non chiffrées aux organismes policiers ou du renseignement lorsque c’est demandé au travers d’un mandat ».

De fait, si Apple, Google et les autres ne sont pas capables de décrypter les données stockées sur leurs produits, ils pourraient être amenés à devoir désactiver le chiffrement au Royaume-Uni.

La question de l’Europe

Si cette réflexion du gouvernement anglais semble parfaitement légitime, elle se heurte tout de même à un obstacle de poids : l’Europe. En effet, il faudrait que l’Union européenne adopte une position similaire pour donner du poids à la demande du Royaume-Uni. Et pour l’heure, elle n’affiche qu’une intention que la justice puisse accéder aux données cryptées, mais sans décision officielle pour le moment.

De fait, est-ce que la décision du Royaume-Uni pourrait faire bouger les choses ? Certainement, et surtout malheureusement pour la vie privée des utilisateurs européens.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDes ados adressent des signes obscènes aux caméras de Google Street View
Article suivantUn iPhone 6C pour le début de l’année prochaine ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here