Les vieux sont de plus en plus séduits par Snapchat

Snapchat ne séduit plus seulement les jeunes. Les vieux sont de plus en plus nombreux à être séduits par les messages et vidéos éphémères.

Snapchat s’enorgueillit d’attirer plus de 100 millions d’utilisateurs dans le monde chaque jour, ce qui correspond à une meilleure fréquentation que sur Twitter. Si le service rencontre autant de succès, c’est parce que le caractère éphémère des messages, photos et vidéos envoyés séduit les utilisateurs les plus jeunes.

Si les plus jeunes sont séduits par Snapchat, c’est avant tout parce que le service joue pratiquement la carte de l’anonymat en ne demandant qu’un strict minimum d’informations personnel de l’utilisateur lors de son inscription. L’anonymat est également en partie préservé avec le caractère éphémère des contenus qui ne durent que quelques secondes. C’est pour cette raison que l’appli a tout d’abord séduit les cours de récréation, les lycées, la fac… Mais selon le Wall Street Journal, les vieux ont commencé à également adopter Snapchat.

Une forte croissance chez les plus de 25 ans

« Que ce soit des parents qui espionnent leurs enfants ou des professionnels qui testent un nouveau réseau social, les « ieuvs » arrivent en force. Un segment démographique vieillissant est inévitable pour beaucoup d’applications qui cartonnent chez les ados. La capacité de Snapchat à garder sa base d’utilisateurs adolescente fanatique, qui est très appréciée des annonceurs, tout en élargissant son attrait au-delà de la jeunesse, aura des conséquences sur l’application », explique le cabinet ComScore. Par « ieuvs », il faut comprendre les « vieux », les utilisateurs de plus de 40 ans. En fait, l’application commence sérieusement à séduire les plus de 25 ans.

Selon les chiffres de ComScore, 69 % des propriétaires de smartphones aux États-Unis de la tranche d’âges « 18-24 ans » ont Snapchat installé sur son mobile. Ils sont 38 % entre 25 et 34 ans, et 14 % à être âgés de 35 ans et plus. Les adultes sont donc minoritaires par rapport aux jeunes. En considérant que les « 25-34 ans » n’étaient que 5 % il y a trois ans et que les « plus de 35 ans » seulement 2 %, il est force de constater que la progression a été énorme.

Un vieillissement qui a des conséquences.

« Il n’est pas certain que Snapchat puisse attirer assez d’adultes pour se transformer en véritable service numérique comme Google pour la recherche, Amazon pour les achats ou Facebook pour les amis », prévient le Wall Street Journal. Mais est-ce vraiment ce que recherche Snapchat ?

Visiblement oui lorsque l’entreprise déclare « Notre communauté apprécie d’avoir leurs parents sur Snapchat car c’est un moyen rapide et marrant de communiquer ». C’est certainement également en considérant que l’adoption de l’application par les personnes plus âgées permet d’assurer la croissance et de toucher de nouveaux marchés, ce qui est profitable pour les annonceurs.

Par contre, à l’image d’Anaira qui écrit « Mes parents sont sur Snapchat MDRRRRRR Que dois-je faire, sauvez-moi », certains jeunes commencent déjà à redouter ce vieillissement de Snapchat. Est-ce que cela va faire fuir les utilisateurs ? L’avenir nous le dira. Pour l’heure, il est certain que ce risque existe lorsque les jeunes auront découvert une nouvelle manière de communiquer entre eux.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPrise de contrôle à distance à cause d’une faille du BIOS des PC Lenovo
Article suivantLe cryptage natif d’Android est moins sécurisé que celui d’iOS
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here