Virus Flame : il a été créé par les États-Unis et Israël

Le virus informatique Flame, conçu pour dérober des informations sur le programme nucléaire iranien, serait une cyberarme conçue par les États-Unis et Israël.

À en croire les déclarations du Washington Post, citant « des responsables occidentaux proches du dossier », le virus Flame serait une cyberarme conçue par les États-Unis et Israël. La NSA américaine, chargée de l’espionnage informatique, et la CIA ont travaillé avec l’armée israélienne pour mettre au point ce programme informatique destiné à se répandre dans les réseaux informatiques iraniens, copier des fichiers, faire des captures d’écrans et renvoyer ces informations discrètement, selon le quotidien.

« Il s’agit de préparer le champ de bataille pour un autre type d’action clandestine », a affirmé au Washington Post un ancien haut responsable américain du renseignement à propos de Flame.

Le virus Flame a été détecté dans différentes régions du monde, notamment le Moyen-Orient, l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie-Pacifique, l’Iran étant le premier pays visé par ces attaques.

Le virus existait depuis quatre ans, mais il n’avait été identifié que fin mai par le fabricant russe d’antivirus Kaspersky Lab, qui avait noté que la sophistication de ce virus utilisé à des fins de « cyberespionnage » était telle qu’il supposait le concours d’un État.

Les États-Unis et Israël ont souvent été soupçonnés d’être à l’origine de Flame et d’un autre virus voisin, Stuxnet, qui s’était attaqué en 2010 aux centrifugeuses du programme nucléaire iranien. Toutefois, Washington refuse tout commentaire sur le sujet, se contentant d’affirmer qu’internet fait partie des domaines d’intérêt de la défense et du renseignement.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook : rachat de face.com, un spécialiste de la reconnaissance faciale
Article suivantAmazon : son Appstore disponible en France cet été

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here