Visible Human Project : plus de 5000 tranches d’une femme décédée pour créer un humain virtuel

C’est en utilisant des milliers de tranches d’un corps de femmes décédées que des scientifiques ont créé un humain virtuel dans le cadre du Visible Human Project.

Il pourrait s’agir du scénario d’un film de science-fiction. En fait, pas du tout. L’idée du Visible Human Project est d’utiliser des tranches des corps de personnes décédées pour créer des copies virtuelles.

C’est ainsi que, à partir de plus de 5000 tranches d’une femme, les chercheurs ont pu créer une version 3D d’un corps humain. Chaque tranche mesure l’épaisseur d’un tiers de millimètre.

La femme utilisée pour le projet était âgée de 59 ans et vivait dans le Maryland. Elle était obèse et souffrait d’insuffisance cardiaque. Son nom n’a pas été donné. Il est précisé que son mari a donné sa permission pour que son corps soit utilisé par la recherche médicale.

C’est ainsi que les chercheurs du Visible Human Project, basés à la US National Library of Medicine du Maryland, créent des humains virtuels pour la recherche médicale. Le corps de cette femme a été utilisé, mais aussi celui d’un homme.

« Ils ont dix fois autant d’informations que celles obtenues par un examen IRM », commente le Dr Fernando Bello, de l’Imperial College de Londres. « Beaucoup plus d’informations sur les organes et leur structuration » est ainsi disponible.

Pour que tout le monde puisse profiter de cette expérience, tout le monde peut télécharger les images en haute résolution de ces êtres humains virtuels sur le site https://www.nlm.nih.gov/research/visible/getting_data.html.

Source : Telegraph

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentOculus annonce de nouveaux contenus virtuels, comme Netflix
Article suivantMarcher par la seule force du cerveau : un pas de géant pour tous les paralysés

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here