Vision d’affaires : Coveo fait mieux que Google

Québec – Même si Google fait figure de leader dans la vision d’affaires, Coveo fait mieux que le géant de l’internet selon les résultats de l’analyse de Gartner.

Comme chaque année, le cabinet américain indépendant Gartner a publié les résultats de son analyse portant sur la performance des principaux acteurs du secteur high-tech. C’est sans surprise que Google, HP Autonomy et Perceptive Software (une filiale de Lexmark International) se positionnent parmi les leaders.

Dans ces résultats, la surprise s’appelle Coveo, une entreprise technologique québécoise qui conçoit des engins de recherche et de consolidation de l’information interne à l’intention des entreprises et des organisations gouvernementales. Selon Gartner, la vision de Coveo serait tout simplement meilleure que celle de Google !

Pour Louis Têtu, président du conseil et chef de la direction de Coveo, cette reconnaissance « pour une entreprise de notre taille est plutôt rare face à des concurrents qui possèdent des moyens et des ressources considérables ». Il ajoute que « Cette reconnaissance va nous apporter beaucoup de crédibilité, car Gartner est une firme totalement indépendante qui bénéficie d’une très grande notoriété dans l’industrie des technologies de l’information ».

Pour supplanter Google, les analystes de Gartner ont particulièrement apprécié la flexibilité et la précision offertes par les capacités de recherches proposées par Coveo, la convivialité de ses solutions pour les utilisateurs et la multitude d’options proposées aux clients.

Pour finir, il est important de souligner que Coveo, avec ses quelque 200 employés, peut faire mieux que les presque 50 000 salariés de Google. Comme quoi, la taille et les moyens d’une entreprise ne sont pas les seuls facteurs importants.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : net recul des ventes d’iPad
Article suivantLa Malédiction de Naxxramas : Blizzard lance l’extension d’HearthStone
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here