Vivre sur Mars : présentation d’une maison spatiale à Strasbourg

Pour pouvoir vivre sur Mars, il faut pouvoir avoir accès à un logement. Des scientifiques ont présenté SHEE à Strasbourg, le prototype d’une maison autodéployable.

Un voyage habité sur Mars, encore moins l’établissement d’une colonie martienne, ne sont pas pour tout de suite. Plusieurs problèmes doivent encore être résolus avant que cela soit possible : le voyage, l’habitat, la subsistance, le ravitaillement, etc. Un de ces points a peut-être déjà une solution : SHEE.

C’est dans les locaux de l’Université internationale de l’espace (ISU) d’Illkirch-Graffenstaden, en banlieue de Strasbourg, que des scientifiques européens ont présenté SHEE (Self-deployable Habitat for Extreme Environments) cette semaine. Il s’agit du prototype d’un habitat autodéployable pour environnements extrêmes. Qui dit environnement extrême, dit bien évidemment planète rouge.

Concrètement, SHEE est une maison préfabriquée de 5,5 tonnes, capable d’être acheminée à destination en occupant relativement peu de place. Une fois sur place, elle se déplie en quelques minutes. Dans son volume de 50 m3, cet habitat peut accueillir deux astronautes en totale autonomie pendant deux semaines.

Financé à hauteur de 75% par l’Union européenne, ce projet à deux millions d’euros est mené par un consortium d’entreprises privées européennes et par l’université de Tartu (Estonie). Faute de disposer d’un sas, indispensable pour Mars, le prototype présenté n’est pas encore prêt pour un voyage dans l’espace. Son étanchéité tout aussi répondre aux normes avant un voyage interplanétaire.

C’est pour cela que, pour le moment, SHEE sera testé sur Terre. Au printemps prochain, cette habitation sera installée pendant plusieurs semaines dans le désert de Rio Tinto, au sud de l’Espagne.

Dans le cas d’un déploiement réel de SHEE pour abriter une colonie, les modules pourraient être reliés les uns aux autres pour former une sorte de village, ce qui permettrait aussi de partager les ressources telles que l’air, l’eau, la nourriture et l’énergie. Mais ça, c’est de la musique d’avenir.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUtiliser son iPhone ou son Apple Watch en tant que télécommande de l’Apple TV
Article suivantUn dinosaure inconnu, à voile dorsale, a été découvert en Espagne

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here