Voitures autonomes : la Californie donne son feu vert

À partir du 16 septembre 2014, les voitures autonomes pourront circuler en Californie moyennant le respect de conditions particulièrement strictes.

C’est à Mountain View, dans les locaux de Google, que s’est déroulée la cérémonie de signature autorisant la circulation des voitures autonomes à partir du 16 septembre 2014 en Californie. Mais attention, cette nouvelle loi n’autorise pas toutes les voitures, seulement celles concernées par des missions d’essai pour des entreprises exerçant dans le domaine automobile.

C’est ainsi que Google, mais aussi Toyota, Audi ou Tesla, pourront déposer une demande de licence auprès du Département des Véhicules Motorisés californien (DVM) à partir du 1er juillet prochain.

Il faut souligner que les conditions imposées seront très strictes avec une couverture d’assurance obligatoire de 5 millions de dollars par véhicule, et les licences (150 dollars) qui ne seront attribuées qu’à des groupes de 10 véhicules pour 20 essayeurs maximum. Il est encore à préciser que les essayeurs devront être en possession d’un permis de conduire depuis plus de trois ans, ne jamais avoir entrainé d’accident ou été arrêté pour conduite en état d’ivresse, mais aussi être toujours en possession de leurs moyens et être capables de reprendre le contrôle du véhicule à tous moments, sans oublier le fait qu’ils devront préalablement suivre une formation spécifique.

Si les premières voitures autonomes pour le grand public ne sont donc pas encore pour tout de suite, la décision de la Californie, qui suit une même décision prise au Nevada, va tout de même permettre de faire de grandes avancées dans ce domaine.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNexus 8 : une image révèle la prochaine tablette de Google
Article suivantNintendo : « Mario Kart 8 » en sauveur ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here