Voitures sans conducteur : sur nos routes dès 2018 ?

Alors que la voiture sans conducteur de Google fait régulièrement parler d’elle, Carlos Ghosn, le PDG de Renault, évoque l’arrivée de ces véhicules sur nos routes à partir de 2018.

Si l’attention en matière de voiture sans conducteur se focalise essentiellement du Google, cela n’empêche par Audi, BMW, Daimler, Ford, General Motors, Nissan, Renault, Toyota, Volvo voir même PSA Peugeot-Citroën d’élaborer des voitures autonome ou semi-autonome.

Interrogé à ce sujet, Carlos Ghosn, le PDG de Renault et Nissan, prédit le début de la mise sur le marché de ce genre de voiture pour 2018, ce qui pourrait concerner les États-Unis, la France et le Japon qui sont des pays précurseurs en la matière alors qu’une généralisation de ce nouveau genre de véhicule devrait intervenir à partir de 2020.

Si tout semble encore à faire dans le domaine des voitures sans conducteur, il est important de noter que la Google Car a déjà accumulé plus de 1,1 million de kilomètres, mais que de nombreux défis existent encore comme la compréhension des gestes d’un agent de la circulation, le repérage sous la neige, sans oublier toutes les législations en vigueur qu’il faudra adapter en conséquence.

On relèvera également que Volvo vient d’annoncer le déploiement d’une centaine de voitures autonomes d’ici à 2017 dans le cadre de son projet Drive Me.

Les voitures « sans conducteur » bientôt sur les routes
Les voitures « sans conducteur » bientôt sur les routes

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPlan France très haut débit : le gouvernement manipule en coulisses
Article suivantOffice tactile : une version Android avant Windows !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here