Volvo complète sa gamme Cross Country par la V60

Lors que Volvo propose déjà ses V40 et V70 en version Cross Country, le constructeur automobile a décidé de compléter sa gamme de baroudeurs par une V60 Cross Country.

Avec son gabarit surélevé et sa panoplie du parfait baroudeur, les déclinaisons Cross Country de Volvo se veulent de réelles alternatives aux SUV. Alors que le constructeur suédois propose déjà les V40 et V70 en version Cross Country, il faudra désormais compter avec la déclinaison de la V60.

C’est bien évidemment pour compléter son offre que Volvo propose cette V60 Cross Country, un break d’une longueur de 4,63 m. Par rapport à la V60 traditionnelle, ce modèle possède une garde au sol surélevée de 65 mm, de sabots de protection en acier à l’avant et à l’arrière et de protection de bas de caisse latéraux en acier.

Avec ses roues de 18 ou 19 pouces et ses passages de roue soulignés d’un jonc en plastique anthracite, la V60 Cross Country souligne son esprit aventurier.

Le terme baroudeur ne s’applique pas qu’à son design. En effet, la V60 Cross Country hérite d’un système de répartition du couple à l’avant et à l’arrière et d’un système de contrôle en virage CTC (Corner Traction Control). Il sera par ailleurs disponible en variante 2 ou 4 roues motrices.

Du côté de la motorisation, un D4 5 cylindres de 181 ch équipera le modèle à transmission intégrale alors que les nouvelles motorisations 4-cylindres essence et diesel de la famille Drive-E seront également de la partie.

Au niveau de l’habitacle, sa présentation intérieure a été revue. Il se dote de sièges enveloppants en cuir à surpiqûres et, selon les versions, d’une sellerie bicolore.

C’est à partir du 20 novembre prochain, lors du salon de Los Angeles, que cette V60 Cross Country sera officiellement dévoilée.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAudi : de la sobriété pour la nouvelle Q3
Article suivantThe Who : une application 3D pour Oculus Rift ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here