Volvo donne des airs de mauvais garçon au XC90 R-Design

Le XC90 R-Design est une nouvelle version du SUV de Volvo. Plus sportive et plus agressive, la voiture a des airs de mauvais garçon.

Le SUV XC90, le produit phare de Volvo, a aussi droit à sa version R-Design. La recette est toujours la même : un design extérieur plus dynamique avec l’ajout de détails pour lui donner un air plus sportif. Pour certain, cela revient à lui donner des airs de mauvais garçon.

L’extérieur a droit à une foule de modifications, que cela soit la calandre noire laquée aux contours argentés, le bouclier spécifique, les jantes alliage 20 pouces noires diamantées, les coques de rétroviseur argentées ou encore la double sortie d’échappement rectangulaire chromée. L’intérieur n’est pas oublié avec une sellerie mixte tissu/cuir avec surpiqûres, des incrustations en aluminium, un pommeau de levier de vitesse en cuir, des seuils de porte R-Design avant et arrière, des tapis de sol spécifiques, un pédalier en aluminium et un volant sport R-Design.

Les conducteurs, qui ont l’intention d’être pilotes peuvent aussi ajuster la suspension pneumatique, la force de feedback du volant ou encore la réponse de la transmission. Vous l’aurez compris, l’idée est de procurer un sentiment sportif au SUV.

« Le lancement du XC90 R-Design rend le SUV sept places encore plus distinctives et dynamiques qu’avant. Son allure sportive détonne sur la route alors que son équipement supplémentaire fait en sorte que l’intérieur soit aussi luxueux que très étonnant », a commenté Nick Connor, le directeur général de Volvo Car UK.

Le pack R-Design peut être combiné avec n’importe quelle motorisation de l’actuel XC90, diesel, essence ou hybride. Il est tout de même facturé 13 650 euros.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentQui n’a pas son smartphone ? Plus d’un Français sur deux en possède un
Article suivantDes barrettes de 128 Go de RAM pour vos ordinateurs… mais pas tout de suite

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here