Waterproof : mensonges autour de l’étanchéité des smartphones ?

Alors que tous les arguments publicitaires sont bons pour se différencier de la concurrence, les fabricants proposent désormais des appareils waterproof, souvent plus cher que les non étanches. Pourtant, certains tests révéleraient que cette résistance à l’eau serait plutôt mensongère.

Pour ne citer que la série Xperia Z de Sony ou le Galaxy S4 Active de Samsung, les constructeurs de smartphones misent sur l’étanchéité pour faire vendre, il est vrai que l’eau a toujours été le pire ennemi de tout ce qui est électronique. Annoncé avec de fracassants slogans tels que « filmez sous l’eau en full HD » ou « prenez votre téléphone sous l’eau et faites durer vos souvenirs », les publicitaires vantent outrageusement l’étanchéité de leurs appareils.

C’est pour en avoir le cœur net que l’association de consommateurs Test-Achats s’est munie d’un Sony Xperia ZR pour mener quelques tests. Réalisant un test grandeur nature dans une piscine gonflable, l’eau s’est infiltrée dans l’appareil avec, dès la sortie du bain, de la buée qui s’est formée à l’intérieur de la lentille a rendu impossible toute prise de vue de qualité. Pour un autre journaliste, c’est l’écran de son Samsung Galaxy S4 Active qui est devenu tout noir suite à son immersion, si l’écran est redevenu fonctionnel, certains dysfonctionnements subsistaient au niveau de l’écran tactile.

Au final, il semble plus que le waterproof annoncé corresponde à une résistance aux éclaboussures plutôt qu’à une véritable étanchéité. Mais de là est-ce que cela justifie les prix pratiqués pour ce genre d’appareil ?

En effet, en cas de besoin d’étanchéité, le recours à une housse étanche semble plus approprié surtout qu’elles ont déjà fait la preuve de leur efficacité. Mais une chose est certaine, waterproof ou pas, protégez vos appareils de l’eau dans tous les cas.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiPhone 5S : avec ou sans biométrie embarquée ?
Article suivantiPhone : 60 secondes pour le pirater… via le chargeur !
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here