Waze : Google lance son propre service de covoiturage

Google s’intéresse au transport de personnes. C’est dans ce contexte que sa filiale Waze lance une phase de test de RideWith, un service de covoiturage.

Pour ses Google Car, une des idées envisagées par la firme de Mountain View serait de proposer les voitures à la demande des utilisateurs, dans une sorte de service de voiture communautaire. Cette simple idée reflète les intentions de Google en matière de transport de personnes.

Dans la continuité de venir concurrencer les taxis, un peu comme Uber avec son service de VTC, Google s’intéresse aussi au covoiturage. C’est par le biais de Waze, racheté en 2013, que la firme de Mountain View a débuté une phase de test fermée du nouveau service RideWith.

Le concept de RideWith est simplement de permettre de mettre en relation les personnes pour faire du covoiturage, moyennant une rémunération financière pour le propriétaire de la voiture.

Pour éviter les débordements, notamment la concurrence déloyale apportée par l’application UberPop, Waze limite intentionnellement le nombre de courses à deux au maximum par jour, ce qui ne devrait donc pas suffire pour inciter des personnes à en faire une occupation « professionnelle ».

Pour l’heure, RideWith est testé en Israël. En cas de succès de la phase de test, des tests similaires pourraient par la suite être répétés dans d’autres régions du monde, jusqu’à ce que le service soit finalement lancé.

En ayant d’amblée mis en place des garde-fous, Google devrait susciter moins d’hostilité de la part des chauffeurs de taxi traditionnels.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMission Rosetta : des indices de vie extraterrestre sur Tchouri ?
Article suivantHonda décroche le Guinness World Records pour l’efficacité énergétique de la Civic Tourer 1.6 i-DTEC

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here