WhatsApp vs. Twitter : 430 millions d'utilisateurs actifs contre 218 millions

Selon les derniers chiffres publiés par WhatsApp, ses quelque 430 millions d’utilisateurs actifs mensuels supplantent largement les 218 millions d’utilisateurs actifs de Twitter.

Jan Koum, cofondateur de WhatsApp, a profité de sa présence à la conférence Digital Life Design de Munich (Allemagne) pour annoncer que leur service de messagerie pour mobiles totalise aujourd’hui quelque 430 millions d’utilisateurs actifs dans le monde par mois.

Alors que WhatsApp ne totalisait que 400 millions d’utilisateurs en décembre, cette augmentation de 30 millions de nouveaux utilisateurs témoigne que le service n’a pas encore atteint son maximum d’audience.

Comparativement, même si les chiffres exacts seront publiés début février, Twitter comptabilise pour sa part « seulement » 218 millions d’utilisateurs actifs par mois, ce qui signifie que WhatsApp totalise pratiquement le double d’utilisateurs !

Alors que les autres services sont de plus en plus gangrénés par la publicité, même si le service en à proprement parlé gratuit, WhatsApp est payant, restera payant, mais ne recourt pas à la publicité, ni aux jeux ou aux gadgets. C’est certainement la force du modèle économique de WhatsApp : ne pas faire sentir que l’utilisateur doit être monétisé à tout prix !

Concrètement, il faut rappeler que l’application WhatsApp se télécharge gratuitement et que c’est au bout d’un an d’utilisation que l’utilisateur se voit proposer un abonnement annuel à 99 cents.

Une chose semble en tout cas certaine, avec ses 430 millions d’utilisateurs actifs dans le monde par mois et ses 10 milliards de messages envoyés quotidiennement, le succès de WhatsApp a encore de beaux jours devant lui.

WhatsApp compte près de deux fois plus d'utilisateurs que Twitter
WhatsApp compte près de deux fois plus d’utilisateurs que Twitter

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSensation : Bouygues Telecom inclut l'Europe à ses forfaits
Article suivant5G : en test dès 2017, commercialisée à partir de 2020

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here