WhatSim : 10 euros/an pour utiliser WhatsApp à l’international

Pour 10 euros/an, 5 euros dans certains pays, WhatSim permet d’utiliser WhatsApp à l’international, dans 150 pays.

WhatSim est une offre spécifique à WhatsApp. Pour 10 euros/an, 5 euros dans certains pays émergents, cette carte SIM permet d’utiliser « le service de messagerie mobile le plus populaire au monde » depuis 150 pays.

Bien que cette offre semble émaner de WhatsApp ou de Facebook, ce n’est pas du tout le cas. L’instigateur de WhatSim est un entrepreneur italien : Manuel Zanella. Étant déjà à l’origine de l’opérateur virtuel italien Zeromobile spécialisé dans l’itinérance à bas prix, il profite simplement des accords d’itinérances de Zeromobile avec 400 opérateurs internationaux pour lancer WhatSim.

Si WhatSim semble être une offre alléchante pour les utilisateurs de WhatsApp, il faut tout de peine signalée qu’elle repose en fait sur un modèle similaire à du freemium. Le forfait de base inclut en effet l’envoi de messages, mais pas celui des photos, vidéos et messages vocaux. Pour pouvoir le faire, il faut passer par une recharge prépayée au tarif non dégressif. Une recharge de 5 euros donne droit à 1 000 crédits, ce qui correspond à l’envoi de 50 photos ou de 10 vidéos à partir de l’Europe, ou de seulement 5 photos et d’une seule vidéo depuis certains autres pays. WhatSim repose en fait sur quatre zones tarifaires.

Le partage de la position est illimité, mais il semble tout de même réclamer une recharge.

Il est à préciser que le forfait de base inclut la réception de tous les types de contenu.
Point important, il n’est pas précisé s’il faut utiliser le client officiel de WhatsApp ou un client alternatif, ce qui ne garantirait éventuellement pas les mêmes prestations et fonctionnalités.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : plus de 9 millions de dollars pour Tim Cook
Article suivantToyota s’exalte pour un mystérieux concept RND

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here