Wikileaks : la France refuse la demande d’asile de Julian Assange

La présidence française annonce ce vendredi avoir rejeté une demande d’asile faite par Julian Assange, le fondateur de Wikileaks.

Le quotidien Le Monde a publié une lettre adressée à François Hollande par Julian Assange. Dans ce courrier adressé au président de la République, le fondateur de Wikileaks demande l’asile à la France. Il se décrit comme « un journaliste poursuivi et menacé de mort par les autorités américaines » en raison de « ses activités professionnelles ».

« Je n’ai jamais été formellement accusé d’un délit ou d’un crime de droit commun, nulle part dans le monde, y compris en Suède et au Royaume-Uni », précise Julian Assange. « Seule la France se trouve aujourd’hui en mesure de m’offrir la protection nécessaire contre, et exclusivement contre, les persécutions politiques dont je fais aujourd’hui l’objet », conclut la lettre.

Ce vendredi, la présidence a annoncé que la France a rejeté cette demande d’asile. « Compte tenu des éléments juridiques et de la situation matérielle de M. Assange, la France ne peut pas donner suite à sa demande. La situation de M. Assange ne présente pas de danger immédiat », indique l’Élysée.

Il est tout de même mentionné que Julian Assange fait l’objet « d’un mandat d’arrêt européen ».

Pour cause, le fondateur de Wikileaks vit depuis trois ans dans l’ambassade d’Équateur en Grande-Bretagne afin d’échapper à une demande d’extradition vers la Suède pour répondre à une accusation d’agression sexuelle et de viol faite par deux femmes, des actes qu’il a toujours démenti avoir pratiqués.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentStreaming musical en ligne : bientôt une plateforme Facebook ?
Article suivantNintendo : les étranges questions des actionnaires

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here