Windows 10 : que cache Spartan ?

Microsoft a dévoilé Windows 10 et, par la même occasion le nouveau navigateur Spartan. Que cache-t-il ?

Lors de sa conférence du 21 janvier, Microsoft a dévoilé Windows 10, ce qui a amené à la présentation de Spartan. Ce nouveau navigateur n’est pas le remplaçant d’Internet Explorer, même s’il va remplacer la version Modern UI, mais plutôt une alternative. Qu’est-ce qui se cache derrière son interface ?

Pour commencer, Microsoft insiste bien sur le fait qu’Internet Explorer et Spartan sont deux navigateurs distincts.

Dans son billet, la firme de Redmond précise que Spartan charge le moteur d’IE pour l’affichage des sites legacy des entreprises, réservant l’exploitation de son nouveau moteur de rendu aux sites modernes. Selon ZDNet.com ce dernier serait une version à jour du moteur Trident, le même que celui d’IE 11.

Ce moteur ne sera cependant pas réservé à Spartan vu que Microsoft précise que le nouveau moteur sera la technologie par défaut dans Windows 10, à la fois pour Spartan et pour Internet Explorer. Et il assure que celui-ci a été conçu pour garantir une interopérabilité avec les standards existants et « consommer » le même balisage que les autres navigateurs modernes.

Par ce biais, Microsoft confirme que Spartan ne se substitue pas à Internet Explorer, dont le développement est maintenu. En fait, IE fonctionnera comme Spartan, sur la base d’un double moteur de rendu des pages. Ce double moteur permet à l’éditeur de conserver une compatibilité avec les utilisateurs entreprises disposant de sites propriétaires qui exploitent des technologies plus anciennes propres à IE, par exemple les contrôles ActiveX et les fonctions Browser Helper Objects.

À l’intention des développeurs de sites désireux de bénéficier d’un affichage optimisé sur le nouveau moteur de rendu Microsoft les invite à rejoindre le programme Windows Insider.

Spartan-Microsoft-photo-1

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUn mystérieux signal radio en provenance d’une autre galaxie
Article suivantGoogle publie 3 failles non corrigées dans OS X

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here