Withings croit aux objets connectés pour le secteur de la santé à domicile

La start-up française Withings croit en l’explosion du marché de la santé à domicile par les objets connectés.

Lancée en 2008, la start-up française Withings considère qu’on est « à l’aube de révolutions » en parlant de la santé à domicile par les objets connectés.

De fait, grâce à sa balance connectée lancée en 2009, Withings a réussi une entrée marquée dans le domaine de la santé à domicile par les objets connectés même si son message publicitaire n’était justement pas la santé. « Gérer sa santé à la maison veut trop souvent dire aujourd’hui avoir un morceau d’hôpital à son domicile, personne ne veut de ça », explique Cédric Hutchings, son cofondateur et directeur général de Withings.

C’est ainsi qu’il précise que « Notre pari c’est que la santé est à l’aube de révolutions qui sont indispensables. Et la clé c’est de réaliser des mesures pertinentes, exactes, et fiables avec des objets « cool et sexy », comme disent les Américains, qu’on a envie de posséder et d’utiliser ».

L’idée de Withings est donc d’étoffer son offre dans le but de proposer une santé à 360°, ce à quoi contribuent les trois produits récemment sortis : un analyseur de sommeil, une nouvelle génération de tracker d’activité et un appareil pour mesurer l’environnement de la maison. Pour se différencier de la concurrence, notamment sur les géants de l’électronique qui communiquent tous sur le fait qu’ils sont crédibles en matière de santé, la start-up française préfère faire valoir la crédibilité de son écosystème dans ce domaine.

Alors que des rumeurs évoquaient un rachat de Withings par Apple, Cédric Hutchings répond qu’il s’agissait plutôt d’une « mauvaise blague ». « On est dans une phase dans laquelle il y a encore énormément de choses à construire, que ce soit au niveau des objets et des applications, et on n’est pas du tout dans l’optique de se faire racheter par Google ou Apple », explique-t-il encore.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMicrosoft s’offre la plateforme HockeyApp
Article suivantBop.fm : un agrégateur de streaming musical

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here