Xavier Niel débourse 2,3 milliards d’euros pour Orange Suisse

Xavier Niel étend encore son emprise sur les télécommunications eu Europe. Il vient de racheter Orange Suisse pour 2,3 milliards d’euros.

Le milliardaire Xavier Niel a un fort intérêt pour les télécommunications. Outre le fait d’être le patron du groupe Iliad qui détient l’opérateur français Free, il a déjà acheté Monaco Télécom il y a quelques mois par le biais de sa société d’investissement NJJ Capital. Après une tentative avortée de rachat de l’opérateur mobile américain T-Mobile US à sa maison mère allemande Deutsche Telekom, il récidive en rachetant Orange Suisse à Apax Partners.

Alors qu’Orange Suisse était en vente en 2011, Xavier Niel avait déjà tenté de racheter l’opérateur mobile suisse. Le fonds d’investissement Apax Partners lui avait brulé la politesse en prenant le contrôle de l’opérateur.

Ce n’était que partie remise vu que Xavier Niel, par le biais de NJJ Capital rachète aujourd’hui Orange Suisse à Apax Partners pour 2,3 milliards d’euros.
Dans un communiqué l’homme d’affaires français explique qu’il a suivi de très près les développements d’Orange Suisse depuis plusieurs années et que « NJJ Capital est un investisseur stratégique à long terme, détenu et exploité par des professionnels des télécoms dont l’objectif sera de partager et d’échanger les meilleures pratiques de gestion avec Orange Suisse ».

Alors que les principaux investissements de Xavier Niel étaient jusqu’à maintenant sous la barre du milliard d’euros, cette acquisition est la plus grande opération financière qu’il a effectuée à titre personnel.

Apax Partners précise que sa transaction avec NJJ Capital devrait être bouclée durant le premier trimestre 2015.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSony Pictures crée un précédent en annulant le film « The Interview »
Article suivantPosition dominante de Google : l’étau se resserre aussi aux États-Unis

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here