Xbox Live – Playstation Network : que sait-on de l’attaque ?

Des millions de joueurs n’ont pas pu joueur ce jeudi 25 décembre en raison d’une attaque qui a ciblé les réseaux Xbox Live et Playstation Network. Que sait-on de cette attaque ?

En raison de l’indisponibilité des réseaux Xbox Live et Playstation Network, ce sont des millions de joueurs qui se sont retrouvés devant une console Xbox ou PlayStation sans pouvoir y jouer faute de disposer des services en ligne. Officiellement, on sait peu de choses de cette attaque. Voici ce que l’on sait de cette attaque.

Au début du mois, une équipe de hacker se revendiquant du nom de Lizard Squad avait annoncé vouloir mettre hors service les réseaux de jeux de Microsoft et Sony à Noël. Leur menace a bien été mise à exécution le 25 décembre vu que les services en ligne Xbox Live (XBL) de Microsoft et Playstation Network (PSN) de Sony ont été longuement indisponibles.

Alors que cette attaque a logiquement été revendiquée par Lizard Squad, tant Microsoft que Sony ont utilisé Twitter pour confirmer la panne et affirmer qu’ils tentaient de trouver une solution pour rétablir tous leurs services.

C’est par le biais d’une attaque en déni de service de type DDoS que le Lizard Squad a fait tomber les services, en surchargeant massivement de requêtes les serveurs du PSN et du XBL pour qu’ils saturent en raison de la surabondance de trafic. Les attaques en déni de service sont un procédé connu et toujours efficace, même contre des géants tels que Sony ou Microsoft.

Cette attaque a touché les services en ligne Xbox et Playstation Network dans le monde entier, principalement aux États-Unis, et cela durant de nombreuses heures. Une situation qui a certainement frustré toutes les personnes qui ont reçu une PlayStation 4 ou une Xbox One pour Noël. En France, l’attaque s’est ressentie à partir de 19 heures.

C’est dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 2 heures du matin, que les hackers ont annoncé sur Twitter la fin de l’attaque, sans réelle revendication politique ou sans même chercher à pirater les données personnelles.

Cette attaque du Lizard Squad a attiré les foudres du Finest Squad, un autre groupe de hackers qui serait lié aux Anonymous. Pour faire cesser l’attaque, ce second groupe a diffusé sur Twitter les noms, pseudos, photos, comptes Skype, adresses postales et IP des principaux membres du Lizard Squad. Parallèlement, via les réseaux sociaux, les deux groupes de hackers se sont également menacés et défiés.

Alors que la Finest Squad s’est vantée d’avoir remis en route les réseaux PSN et XBL, un autre acteur entre en jeu : Kim Dotcom.

Frustré de ne pas pouvoir jouer à Destiny, l’ancien PDG de MegaUpload a utilisé Twitter pour marchander avec les pirates pour pouvoir reprendre sa partie. Une négociation fructueuse vu que la Lizard Squad a stoppé son attaque en échange d’un accès gratuit à 3 000 comptes sur MegaPrivacy, le nouveau service payant de Kim Dotcom. « Un miracle de Noël. Comment MegaPrivacy a sauvé Xbox et PlayStation de l’attaque de LizardMafia. Profitez de vos jeux ! ».

Ce vendredi, malgré la fin de l’attaque, les supports techniques étaient toujours à pied d’œuvre pour rétablir complètement tous leurs services en ligne chez Sony, alors que la situation semblait déjà rétablie chez Microsoft.

Alors que le FBI va certainement enquêter sur cette attaque, à qui faut-il dire merci pour qu’elle se soit arrêtée ? A Finest Squad ou à Kim Dotcom ? Une chose est en tout cas certaine, tous les joueurs peuvent enfin commencer à jouer avec leurs nouvelles consoles de jeu.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNASA : vidéo inédite d’une éruption solaire
Article suivantPiratage de Sony Pictures : une complicité intérieure ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here