Xbox One : l’inconnue chinoise

C’est ce lundi 29 septembre que Microsoft a lancé la commercialisation de sa Xbox One en Chine. Est-ce que ce lancement va doper les ventes de l’éditeur de Redmond ? Microsoft et sa Xbox One peuvent-ils percer en Chine ?

En lançant sa console sur le marché chinois ce lundi 29 septembre, Microsoft est le premier éditeur à investir le marché chinois avec une console de jeu en 14 ans. Que va-t-il se passer ?

Interdite depuis 2000 par les autorités chinoises en raison du risque pour « la santé mentale » représenté par les jeux violents, cette interdiction a été levée en janvier dernier. Microsoft est le premier à se lancer sur ce marché qui représente potentiellement 1,357 milliard de consommateurs.

Lancée dans 4 000 magasins à un prix avoisinant les 600 dollars et un catalogue limité à 10 titres, la Xbox One souffre d’une certaine censure, comme celle du célèbre Call Of Duty vu qu’aucun jeu de guerre n’est autorisé par les autorités chinoises.

Ce manque de richesse dans le catalogue des jeux risque donc de pénaliser le lancement de la Xbox One en Chine, c’est en tout cas ce qu’estiment certains spécialistes en la matière, surtout que ce marché en est à ses balbutiements.

À cela, il faut encore ajouter que les joueurs chinois ont pris l’habitude de jouer gratuitement, notamment sur leur mobile. Dès lors, une console de jeu, en plus onéreuse, risque d’avoir de la peine à réellement percer sur ce marché.

Pour finir, comme si cela ne suffisait pas, la mentalité chinoise n’est pas celle des Occidentaux. De fait, il fait que les jeux plaisent alors que les critères ne sont pas du tout les mêmes.

Succès ou réussite pour Microsoft en Chine, l’avenir nous le dira, mais le challenge s’annonce d’ores et déjà compliqué.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentInformations sur les utilisateurs : la France est un grand demandeur
Article suivantOracle : tout pour le cloud

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here