Xbox One vs PlayStation 4 : Noël confirme le KO de Microsoft

L’espoir de Microsoft était de revenir dans le combat des consoles à l’occasion des fêtes de fin d’année. Le combat n’a pas véritablement eu lieu. Sony a gagné par KO.

Lancées pratiquement en même temps, il y a deux ans, la Xbox One et PlayStation 4 se sont livré un combat sans merci dans le but de dominer le marché. Après avoir déjà gagné pratiquement tous les rounds, le dernier en date, celui des ventes de Noël, a une nouvelle en remporté par Sony.

Le KO est indiscutable. 30,2 millions d’un côté, entre 15 millions et 16 millions de l’autre. Autant dire que la victoire est indiscutable. Lors du dernier Black Friday, Sony a simplement vendu plus de 200 000 exemplaires que son rival aux États-Unis, et cela sans même faire valoir d’exclusivité dévastatrice. C’est une preuve indiscutable qu’elle séduit nettement plus les acheteurs.

En Europe, le constat est le même. La PlayStation 4 représente 70% du marché en France, 80% en Allemagne, et même 90% en Espagne (données de l’institut GFK, sans Wii U). Comment la Xbox One peut résister à une telle déferlante ? Impossible. La victoire est donc indiscutablement attribuée à Sony.

Le paradoxe de la domination de la PlayStation 4… c’est qu’elle ne séduit pas au Japon. Depuis son lancement, seulement 2 millions d’exemplaires ont été vendus. Cela ne signifie pas que la Xbox One fait mieux, loin de là. Le problème de l’archipel, ce sont les jeux spécifiques qui sont rares. C’est pour cette raison que les Japonais préfèrent les jeux sur smartphones.

Bien évidemment, en 2016, le combat continuera entre la Xbox One et la PlayStation 4. Son issue est déjà écrite : Sony va accroitre son avantage alors que Microsoft va ramasser les miettes.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiOS : un mode multifenêtre comme sur OS X ? C’est possible
Article suivantFaute de savoir, des experts de l’Antiquité ont demandé l’aide des internautes

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here