Xiaomi : 1 000 boutiques physiques pour conquérir le monde

Xiaomi veut changer sa stratégie de vente. Alors qu’elle a toujours été centrée sur Internet, son intention est désormais d’ouvrir des boutiques physiques.

Depuis la création de l’entreprise en 2010, Xiaomi a basé sa stratégie de vente de ses produits sur Internet. Cette stratégie s’est avérée gagnante vu la marque a réussi à s’installer dans le top-5 des plus gros vendeurs de smartphones dans le monde alors que ses appareils sont essentiellement commercialisés en Chine. Cette stratégie a désormais atteint ses limites.

Alors que 17,1 millions de smartphones avaient été vendus durant le second trimestre 2015, ce ne sont que 10,5 millions d’unités qui ont été vendues pendant le deuxième quart de 2016, soit un très net recul qui met en relief la vive concurrence qui existe en Chine, mais aussi les limites de la stratégie à vouloir vendre uniquement sur Internet. Comparativement, Huawei possède 10 000 boutiques en Chine… contre seulement quelque 25 boutiques pour Xiaomi.

C’est ainsi que, dans la foulée de la présentation de ses nouveaux fleurons, les Mi 5 s et Mi 5 s Plus, le PDG de Xiaomi a annoncé son intention d’ouvrir 1 000 boutiques en Chine d’ici 2020. Le but de Lei Jun est clairement de calquer la stratégie de Xiaomi sur les stratégies gagnantes de Huawei, d’Oppo et de Vivo, ses concurrents directs.

Des boutiques pour conquérir le monde

Bien que l’annonce de ces ouvertures de boutiques physiques ne concerne que la Chine, cette décision aura certainement des répercussions au niveau international. Comme Lei Jun a déclaré que « nous voulons que les consommateurs touchent et testent nos produits en magasin. Nous avons adapté nos stratégies », cela signifie que les clients vont pouvoir découvrir les produits de Xiaomi « en vrai ». Comme le constructeur se prépare son entrée sur des marchés étrangers comme celui des États-Unis où les ventes en ligne restent bien moins importantes qu’en Chine, il y a fort à parier que des boutiques seront tôt ou tard ouvertes.

En Europe, notamment en France, Xiaomi propose déjà une boutique en ligne pour proposer essentiellement des accessoires. Un autre problème se pose sur le Vieux continent avant que le constructeur puisse proposer ses smartphones, celui des certifications. Dès que ce problème sera résolu, il est fort possible que des boutiques commencent aussi à fleurir.

Votes
[Total : 2 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentVoiture autonome : 766 km sans conducteur sur le Périphérique parisien
Article suivantAdoption du projet de loi Numérique : ce qu’il faut savoir
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here