Il y avait des rivières et des lacs qui coulaient sur Pluton, mais d’azote

Depuis que l’astronome américain Clyde Tombaugh a découvert Pluton en 1930, que sait-on de celle qui a été un moment considérée comme étant la neuvième planète de notre Système solaire, avant d’être déclassée en planète naine. Il faut l’avouer : bien peu de chose. Mais tout a changé depuis quelques mois, depuis que la sonde américaine New Horizons est passée à proximité. Depuis, elle nous envoie tout ce qu’elle a pu capter lors de son passage, des données qui font le bonheur de la communauté scientifique.

Grâce aux clichés en haute résolution pris par New Horizons, on possède désormais une connaissance beaucoup plus précise du surprenant relief de Pluton. Personne ne s’attendait à ses plaines, canyons, reliefs… toute cette diversité géologique. Sa principale lune, Charon, a aussi été étudiée de près.

Toutes ces observations permettent aux chercheurs de faire des découvertes au sujet de Pluton, de percer ses mystères. Par exemple, ils savent désormais que la planète naine est composée principalement de roche et de glace de méthane, mais aussi de glace d’eau et d’azote gelé. Ils en savent également plus au sujet de ses mensurations, comme son diamètre qui est plus précisément de 2 370 kilomètres.

Mais ce que les chercheurs peuvent désormais aussi faire, c’est envisager son histoire à l’instar du volcan qui a basculé l’axe de la Lune, d’un autre volcan qui a basculé l’axe de Mars, ou encore le météorite qui a fait disparaitre les dinosaures de la surface de la Terre. Sur la base de ce qu’ils ont découvert aujourd’hui, ils peuvent commencer à imaginer ce que c’était il y a des milliards d’années.

Justement, en passant à seulement 11 095 km de distance de Pluton le 14 juillet 2015, New Horizons a pu obtenir des données très précises de la planète naine. C’est comme cela que les spécialistes ont découvert des rivières et des lacs d’azote gelé à sa surface. Cette découverte est majeure, car elle soulève plusieurs questions.

La première est évidente : est-ce que ces rivières et lacs étaient à l’état liquide à une certaine époque ? La réponse est oui, sinon ces rivières et ces lacs n’auraient simplement pas pu se créer. Mais cela ne date pas d’aujourd’hui, mais il y a des milliards d’années.

L’autre question est de savoir s’il existe toujours de l’azote à l’état liquide sur Pluton. La réponse à cette question est plus évasive : peut-être. En fait, les chercheurs estiment que c’est possible, mais dans le sous-sol de la planète naine. Pour en être certain, la seule solution serait d’envoyer un rover à sa surface pour qu’il y fasse des forages en profondeur dans le but de confirmer cette hypothèse.

La dernière question qui se pose au sujet de ces rivières et de ces lacs est de savoir pourquoi ils ont gelé alors qu’ils étaient à l’état liquide à une certaine époque. Un basculement de l’axe de Pluton, comme pour la Lune et Mars, serait une explication possible. Mais pour en être certain, il faudrait en trouver la cause, ce que les chercheurs sont incapables d’expliquer pour le moment.

Au final, grâce à New Horizons, on en sait nettement plus sur Pluton. Il n’empêche que la planète naine conserve encore de très nombreux mystères. Tôt ou tard, avec la persévérance des scientifiques, on en saura plus à son sujet. Patience.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentQu’est-ce que Microsoft nous réserve pour sa conférence Build 2016 ?
Article suivantFeu vert pour le mariage Orange – Bouygues Telecom ce mercredi ?

Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j’ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l’information et l’actualité. De fil en aiguille, j’ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l’amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m’intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l’univers, ce qui s’est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l’impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l’impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here