Technologies

1,6 million de kilomètres au compteur d’un Toyota Tundra !

En enchainant les trajets entre son domicile et son lieu de travail, Victor Sheppard est un automobiliste comme tous les autres. Mais en comptabilisant les kilomètres, cela devient vite affolant. Chaque année, pour se rendre du Wyoming (Dakota du Nord) à Virginia, et retour, il a roulé environ 125 000 miles, soit près de 200 000 kilomètres.

Là où cela devient particulièrement intéressant, c’est que Victor Sheppard a utilisé le même véhicule pendant neuf ans, un pick-up Toyota Tundra. De fait, sa voiture totalise aujourd’hui 1 million de miles, soit 1,6 million de kilomètres. Tout aussi impressionnant, il s’agit de la même voiture, mais aussi du même moteur et de la même transmission.

Cette incroyable robustesse reflète la qualité des véhicules Toyota, mais pas seulement. Elle témoigne aussi de tout le soin que Victor Sheppard a apporté à son pick-up. En neuf ans, il est allé 117 fois au garage pour des interventions d’usage. « Mon pick-up est dans un excellent état, et, excepté quelques accrocs, il est comme neuf. Même les sièges n’ont pas trop bougé. Ils ne sont pas propres, bien sûr, mais ils ne sont pas abimés », a-t-il confié.

Cette incroyable robustesse intrigue également Toyota. Même si le constructeur japonais est fier d’une telle endurance, il veut aussi comprendre pourquoi toutes les pièces ont pu tenir aussi longtemps et à un rythme aussi soutenu. C’est pour cette raison qu’un Toyota Tundra (modèle 2007) flambant neuf a été offert à Victor Sheppard pour le récompenser. Son ancien véhicule sera précautionneusement démonté pour que les ingénieurs puissent comprendre les mystères de sa longévité.

Il ne reste plus qu’à espérer que le nouveau Tundra de Victor Sheppard soit aussi endurant que le précédent. Réponse dans 1,6 million de kilomètres.

million-mile-tundra-007

million-mile-tundra-006

million-mile-tundra-005

million-mile-tundra-004

million-mile-tundra-003

million-mile-tundra-002

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité