Technologie

Boutiques d’applications : ces chiffres qui ne veulent rien dire !

Avec des catalogues d’environ 800 000 applications pour iOS et Android, et de 160 000 applications pour Windows Phone, les boutiques semblent bien fournies. Pourtant, deux tiers de ces applications seraient « mortes ».

Le marché d’applications mobiles est estimé à près de 30 milliards de dollars pour 2013, un montant suffisamment conséquent pour que les différentes boutiques vantent la taille de leur catalogue. C’est ainsi que l’App Store d’Apple et le Google Play Store se targuent d’avoir environ 800 000 applications, et le Market Place de Microsoft approximativement 160 000 références.

Pourtant, selon une récente étude menée par Stardust, près de deux tiers des applications sont « mortes »,  c’est-à-dire qu’elles ne sont pas mises à jour et ont reçu moins de 10 commentaires. Plus précisément, il s’agit de 69% des applications Windows Phone, de 65% des applications iOS et de 41% des applications Android.

Cette étude relève aussi que les commentaires sont rédigés, dans 80% des cas, en 18 jours sur l’App Store, en 16 jours sur le Google Play Store et en seulement 13 jours sur Market Place, ce qui laisse à penser que l’effet « nouveauté » est primordial.

Dans ce sens, avec une moyenne de 1107 applications publiées quotidiennement sur Android, contre 978 sur iOS et 286 sur Market Place, le dynamisme du Google Play Store est le meilleur, surtout que les applications Android sont composées en moyenne de 6 versions, contre 5 pour iOS et seulement 3 pour Windows Phone.

Même si les critères de cette étude pourraient être améliorés, elle révèle tout de même la poudre aux yeux de ces chiffres qui ne veulent rien dire.

Si cet article a captivé votre intérêt, vous trouverez certainement les prochains tout aussi passionnants. Assurez-vous de ne rien manquer en vous abonnant à linformatique.org sur Google News. Suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter.

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page