Les autres conséquences de la covid

L’impact de la pandémie sur la vie quotidienne transforme les routines précédentes en luxes, privilèges et objets de désir. L’infection génère des craintes et modifie les schémas sociaux et professionnels, voire les relations sexuelles.

Les autres conséquences de la covid
Les autres conséquences de la covid

« La vie ne peut pas être de travailler toute la semaine et d’aller au supermarché le samedi. Cela ne peut pas être le cas. Que la vie n’est pas humaine », a déclaré le paléoanthropologue Juan Luis Arsuaga dans une interview largement diffusée avant la pandémie. Dans le livre La vida cotidiana en tiempos de la covid (Catarata, 2021), le docteur en anthropologie sociale Alberto del Campo, professeur à l’université Pablo de Olavide, a rassemblé une douzaine d’études qui remettent en cause cette affirmation en montrant comment ces routines faisaient partie de la vie et comment leurs limitations par la covid ont généré des conséquences inattendues, au point que ce quotidien est devenu quelque chose de désiré, un privilège ou un objet de désir. Les employés qui rêvent de retrouver leur emploi, les mères au travail accablées par le démantèlement de leurs réseaux de soutien, les jeunes qui changent leur façon de gérer leurs relations sexuelles et affectives ou les personnes qui veulent se lever sans crainte tous les matins ne sont que quelques exemples des autres conséquences de la pandémie.

« Au-delà du nombre de malades, de morts ou de chômeurs, la pandémie implique également une crise dans la vie quotidienne, dans nos façons de nous comporter, de communiquer, de nous amuser, de voyager, d’étudier, de nous répartir les tâches ménagères ; bref, dans notre façon d’être, de penser, de sentir et d’agir au quotidien », déclare M. Del Campo.

L’anthropologue social a perçu cette réalité et a demandé la contribution d’experts dans son domaine et dans d’autres domaines connexes pour éclairer des circonstances qui sont enterrées par l’urgence de la vie quotidienne, mais qui sont pertinentes et, à son avis, rendront différente la société qui émergera après cette crise.

Ce sont là quelques-unes des principales séquelles de la pandémie, selon les études recueillies par l’anthropologue, qui conclut : « Le coronavirus est non seulement un agent d’impact mais aussi un activateur, un moteur de changement ».

Le désir de routine

Suite à une enquête sur les effets et les changements sociaux générés par covid et à laquelle ont participé 3 000 personnes, les sociologues de l’Université de Grenade Ángela Mesa-Pedrazas, Ricardo Duque-Calvache et José Manuel Torrado ont observé quelque chose d’unique. Les mots les plus répétés dans les commentaires sur les besoins, les désirs et les espoirs sont : sortir, les amis, la famille, marcher, faire ou pouvoir faire. « Nous trouvons très intéressantes deux catégories qui expriment une certaine nostalgie de la vie quotidienne pré-pandémique, comme la routine et la tranquillité. La routine, qui dans d’autres contextes a des connotations négatives, proches de l’ennui et de la monotonie, est désirée. Les citoyens sont fatigués de vivre à une époque extraordinaire et intéressante », soulignent les auteurs. Il est également curieux que les limitations de la mobilité, selon l’étude, aient été perçues comme « plus supportables » pendant la phase de confinement absolu que pendant les phases moins limitées. « C’est comme si cette mobilité minimale réveillait l’appétit qui avait été réprimé pendant des semaines pour un plus grand mouvement », expliquent-ils.

Les sociologues insistent sur l’importance de cette routine précédemment décriée. « Notre réalité se déroule jour après jour, marquée par de petits événements qui façonnent les temps individuels et sociaux. L’essentiel de notre temps est occupé par des pratiques qui, bien qu’elles n’aient pas toujours un calendrier établi, nous permettent de continuer à fonctionner dans la société, comme les travaux ménagers, les trajets domicile-travail, la journée de travail ou les réunions avec nos familles et nos amis. Nous considérons ces moments et ces activités comme faisant partie de la routine de la vie, d’une vie quotidienne qui n’est rien d’autre que l’ensemble des actions que nous effectuons plus ou moins périodiquement. Nombre de ces actions impliquent également des relations avec d’autres personnes, et toutes les réalités individuelles ont ceci en commun : le contact social.

Vulnérabilité, méfiance et scepticisme

« Nous pensions être à l’abri de nombreux maux, malheurs, catastrophes et pandémies qui peuvent dévaster la planète. Nous pensions être préparés à toute éventualité et nous pensions que les fonds ou les ressources disponibles dans les zones privilégiées de la planète auraient été utilisés de manière appropriée, en évitant les pires scénarios et en prenant les bonnes décisions lorsque cela était nécessaire. Eh bien, il semble que ce ne soit pas le cas », déclare Luis Díaz Viana, professeur de recherche à l’Institut de langue, de littérature et d’anthropologie du Centre des sciences humaines et sociales du CSIC.

Díaz identifie deux groupes d’âge qui ont eu des réactions différentes face à la réalité révélée par la pandémie : les jeunes et les vieux. Certains des premiers, selon l’auteur, « ont pris l’enfermement comme des vacances anticipées ou un soulagement pour des examens qui s’annonçaient mal ». « Il n’est pas habituel que des personnes de leur tranche d’âge soient touchées par le virus », explique-t-il.

Certains ne l’ont pas découvert et d’autres n’ont même pas voulu connaître l’importance de cette crise.

LUIS DÍAZ VIANA, PROFESSEUR DE RECHERCHE À L’INSTITUT DE LANGUE, LITTÉRATURE ET ANTHROPOLOGIE DU CENTRE DES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES DU CSIC

« Nous, les personnes âgées, sommes sortis de la crise avec incrédulité, méfiance et scepticisme face à un système que nous pensions meilleur qu’il ne l’était, et on a découvert comment il boitait, entraînant avec lui des carences flagrantes et des effets mondialisateurs malsains : un système de classes, injuste et impitoyable envers les faibles, qui sont tous ceux qui sont laissés en dehors du circuit productif. Nous le savions déjà, mais en subir les conséquences dans la chair devrait finir par ouvrir les yeux de ceux qui ne l’ont pas encore fait. Ce qui ne semble pas vouloir se produire. Certains ne l’ont pas découvert et d’autres n’ont même pas voulu connaître la signification de cette crise inattendue », conclut-il.

Intime jusqu’à l’excès, le foyer et la conjuration de l’ennui

José Antonio González Alcantud, professeur d’anthropologie sociale à l’université de Grenade, utilise une métaphore pour définir les personnes avant et pendant la pandémie. La société pré-covide était « colibrée », marquée par l’accélération, comme ces oiseaux au vol incessant. « Arrêter signifiait l’insignifiance, la mort sociale, l’expiration sans gloire et, en bref, la dépression », explique-t-il. « Dans la pandémie », ajoute-t-il, « nous avons vu l’homme colibritisé reculer pour laisser place à un dandy artificiel » qui, selon lui, « rejette le monde extérieur et s’enferme autour du feu du foyer domestique ».

« La pandémie nous a rendus extrêmement intimes, presque jusqu’à l’excès, concentrés sur notre subjectivité », dit González Alcantaud. Et la peur de succomber au vide de l’ennui dans cette nouvelle réalité a été évoquée. « Les gens en général n’ont pas connu cette peur parce que leur vie a été à nouveau remplie d’intensités, comme le fait de survivre au quotidien et de prêter attention aux bulletins d’information, la pandémie étant présentée comme une véritable guerre dont les fronts devaient être couverts toutes les heures », dit-il.

Nous avons adopté l’habitation, bourgeoise ou prolétaire, comme une sorte de coquille à la manière des escargots.

JOSÉ ANTONIO GONZÁLEZ ALCANTUD, PROFESSEUR D’ANTHROPOLOGIE SOCIALE À L’UNIVERSITÉ DE GRENADE

L’autre outil a été la maison. « Nous nous sommes réapproprié la maison après une longue absence comme un espace abandonné dans la chaleur des jours. L’habitat bourgeois a été une redécouverte de sensations chaudes ; l’habitat prolétarien, surpeuplé, sans confort, froid et morne, a semé l’agitation chez ses habitants. Mais ce dernier a également extériorisé des émotions profondes. En tout cas, nous avons adopté l’habitation, bourgeoise ou prolétaire, comme une sorte de coquille à la manière des escargots, comme une protection contre les inclémences extérieures, contre les dangers inconnus qui viendraient de la rue, de la vie sans forme », conclut-il.

Les inconvénients du télétravail

« La mise en place soudaine du télétravail a révélé certaines tensions et contradictions en termes de conciliation et d’équilibre qui l’éloignent de l’idéal utopique que certains attendaient », prévient Hugo Valenzuela-García, docteur en anthropologie. Selon ce professeur de l’Université autonome de Barcelone, le télétravail a révélé un fossé d’inégalité croissant et des tensions générées par « la difficile conciliation entre la sphère productive (travail) et la sphère reproductive (maison) ».

Une enquête menée par Valenzuela-García sur ce type de travail a révélé que les premiers inconvénients identifiés par les employés étaient l’allongement de la journée de travail et l’augmentation de la charge de travail, qui génère un sentiment de saturation et d’auto-exploitation. En deuxième lieu, le sentiment de solitude ou l’envie de contacts sociaux et de relations en face à face. « Cette réponse met en lumière un aspect du travail rarement loué, mais qui est sans aucun doute crucial : sa signification sociale et, en particulier, l’émancipation et l’intégration de l’individu dans le tissu social au sens large », déclare l’auteur de l’étude. Il ajoute également que la moindre efficacité attribuée au télétravail est la preuve que « la sociabilité médiée par la technologie », en ce qui concerne la vidéoconférence, les salons de discussion et autres plates-formes d’interaction, « n’est pas perçue de la même manière que ce qui se passe en personne, peut-être parce que les sens impliqués dans l’interaction sont diminués ».

Le travail à distance a révélé un fossé croissant d’inégalités et de tensions.

HUGO VALENZUELA-GARCÍA, DOCTEUR EN ANTHROPOLOGIE DE L’UNIVERSITÉ AUTONOME DE BARCELONE

Troisièmement, les personnes interrogées ont reconnu comme un inconvénient la difficulté de séparer la sphère domestique de la sphère professionnelle. Selon leurs réponses, le rééquilibrage « est rétabli lorsque tout est réarrangé en fonction de sa place culturellement habituelle, c’est-à-dire lorsque l’on peut établir des distinctions claires entre les temps et les espaces de travail, délimiter les routines, redistribuer équitablement les tâches domestiques, fixer des objectifs raisonnables et appliquer des stratégies pratiques pour séparer les deux mondes (horaires fixes pour répondre aux courriels, débrancher le téléphone, éteindre les écrans) ».

Femmes-mères-travailleuses

La fermeture des écoles, l’obligation de distanciation sociale et l’exigence du télétravail « ont imposé une réorganisation abrupte de la vie familiale, qui a été privée du soutien social habituellement fourni par le système éducatif, des activités extrascolaires et du réseau de soutien de la famille et des soignants, avertissent les anthropologues Serena Brigidi, Fabiola Mancinelli et Marta Ausona Bieto dans l’ouvrage également signé par le chercheur dans le domaine des soins infirmiers Juan Leyva-Moral.

Les « femmes-mères travailleuses » ont dû « jongler » pour s’adapter aux nouvelles routines, obligées de concilier les engagements professionnels avec l’éducation à la maison et la prise en charge des enfants et du foyer. Les résultats des enquêtes qui étayent les conclusions soulignent que même les enseignants eux-mêmes « attendaient des mères qu’elles prennent la responsabilité du suivi correct des activités de leurs enfants, voire qu’elles les avertissent si les devoirs n’étaient pas envoyés ou s’ils étaient mal faits ». « Les parents masculins n’étaient pas censés participer à cette surveillance et, en fait, ils le faisaient rarement, ce qui créait des tensions dans le couple », concluent les chercheurs.

Dès qu’une corvée domestique devient un privilège, elle cesse d’être un devoir exclusivement féminin et se socialise avec les hommes.

SERENA BRIGIDI, FABIOLA MANCINELLI, MARTA AUSONA BIETO ET JUAN LEYVA-MORAL

L’enfermement a soustrait des espaces physiques et mentaux aux « femmes-mères-travailleuses (MMF) » également de la classe moyenne supérieure, selon l’étude, révélant les contradictions de la soi-disant « maternité intensive » : « Les MMF de cette recherche ont avoué leurs doutes et leurs luttes internes avec l’idéal de mère responsable, présente, productive et organisée qui est, en partie, explicitement requis par leurs partenaires, leurs enfants, voire les enseignants, et, en partie, auto-imposé. Ils ont mentionné le sentiment de culpabilité de ne pas pouvoir tout suivre », souligne le travail.

En ce qui concerne le comportement des hommes pendant l’accouchement, l’étude observe également « des renversements de rôles en ce qui concerne les tâches domestiques qui impliquent de quitter la maison » : « Celles qui étaient normalement assumées par les femmes, comme faire les courses ou promener le chien, ont commencé à être effectuées par les hommes (…) Dès qu’une tâche domestique devient un privilège, elle cesse d’être un devoir assumé exclusivement par les femmes et est socialisée avec les hommes ».

La peur et l’insécurité

« Sous la menace du coronavirus, la plupart des humains ont ressenti de la peur. Et ce n’est pas parce que nous sommes un homme ou une femme, parce que nous sommes jeunes, adultes ou vieux, parce que nous sommes riches ou pauvres, parce que nous sommes éduqués ou sans éducation formelle ; nous avons presque tous ressenti de la peur face au virus », souligne Ana María Huesca González, professeur de sociologie et de criminologie à l’Universidad Pontificia Comillas de Madrid et tuteur à l’UNED dans son travail.

Mais cette crainte, selon Huesca, bien qu’elle soit un « lien partagé », « plutôt que d’unifier, elle divise ». « Plutôt que de générer des manières communes de penser, de sentir et d’agir, cette nouvelle société que nous voyons naître est vouée à la prolifération de réalités multiples basées sur une individualisation extrême », prévient le chercheur.

De même, le sociologue souligne que le sentiment d’insécurité généralisé dû à la maladie elle-même et à ses répercussions socio-économiques « est le meilleur moyen de faire accepter par l’ensemble de la société toute décision supposée entraîner une réduction des menaces, quitte à réduire les droits et les libertés ».

L’écart entre les inclus et les exclus sera plus grand que jamais.

ANA MARÍA HUESCA GONZÁLEZ. PROFESSEUR DE SOCIOLOGIE ET DE CRIMINOLOGIE À L’UNIVERSITÉ PONTIFICIA COMILLAS DE MADRID ET TUTRICE À L’UNED.

« La nouvelle société qui se profile à l’horizon de la nouvelle normalité et de la distance sociale n’a pas les mêmes conséquences pour tout le monde. L’écart entre les inclus et les exclus sera plus grand que jamais : ce n’est pas un problème pour les gagnants parce qu’ils ont les moyens (d’avoir les tests de diagnostic dont ils ont besoin), les conditions de logement nécessaires (des maisons grandes et adéquates et des maisons avec accès au jardin), les capacités de rester interconnectés (ils sont bien adaptés à la vie en réseau) et des valeurs qui s’adaptent aux temps qui changent (individualisme possessif). Pour les perdants, il s’agit de mettre un obstacle de plus sur la voie de leurs possibilités de développement », conclut-il

Les autres conséquences de la covid

La gestion du désir sexuel affectif

« Quels risques ou changements dans les modèles affectifs et sexuels pourraient résulter de l’union du désir, du besoin sexuel et du covid » demandent Rebeca Cordero (Sciences politiques) et les criminologues Jorge Ramiro Pérez et Antonio Silva. « Sur la base de notre expérience, nous avons identifié l’existence de deux groupes clairement différenciés : ceux qui ont assumé l’enfermement et géré leur désir en évitant les interactions physiques avec les autres et, deuxièmement, ceux qui, pour des raisons différentes, ont décidé de se déplacer sur le plan physique pour interagir. En outre, un possible changement de paradigme a été entrevu en ce qui concerne les relations affectives-sexuelles, en revenant à un type d’amour proche du traditionnel une fois les effets du fastlove écartés », concluent-ils.

Covid a reflété le changement vers un modèle atypique pour les jeunes utilisateurs d’applications affectives-sexuelles : « Des connaissances profondes et exploratoires seraient plus satisfaisantes et profitables pour eux que l’idéologie de la consommation immédiate présente dans le fastlove. Ce possible changement de paradigme met également en lumière un exercice de connaissance de soi qui a conduit certaines personnes à décider de ce qu’elles font et ne veulent pas faire. Certains ont même confirmé que le sexe est désormais moins important pour eux.

Certaines personnes ont même confirmé que le sexe est désormais moins important pour elles.

REBECA CORDERO (SCIENCES POLITIQUES) ET LES CRIMINOLOGUES JORGE RAMIRO PÉREZ ET ANTONIO SILVA

Après trois différents documents de recherche sur les utilisateurs d’applications affectives-sexuelles, les auteurs identifient cinq catégories d’exclusion dans la gestion des relations :

« Réinvention. Les individus qui rompent avec le paradigme de l’amour rapide, en établissant des liens plus profonds de connaissance de l’autre, sans la recherche du contact physique en pleine pandémie et en faisant prévaloir le bien commun sur l’individu.

Fausse perception de la sécurité. Ceux qui cherchent à avoir des relations sexuelles physiques avec des personnes qu’ils connaissent, considérant que le fait d’avoir eu des contacts antérieurs avec eux les éloigne du danger. C’est une perception erronée, puisque cette connaissance préalable ne les exclut pas comme vecteurs de contagion.

L’individualisme. Personnes qui, dans une perspective hyper-individualiste, cherchent à satisfaire leurs besoins : sexe, drogue, contact physique, etc. sans contrôle.

Profiter de la vulnérabilité des autres (acheter du sexe). Cette catégorie correspond aux situations dans lesquelles un individu, connaissant les difficultés que d’autres traversent (motivé par covid), décide de payer pour avoir des relations sexuelles avec des personnes qui se trouvent dans une situation de fragilité sociale.

Comme mécanisme de survie. Dans cette dernière catégorie se trouveraient les personnes qui acceptent des rapports sexuels physiques pour de l’argent, afin d’alléger leurs difficultés économiques ».