Sciences

Des mains bioniques au lieu de mains greffées

Maintenant que les mains bioniques semblent au point, la question est de savoir si elles vont remplacer les mains greffées.

Les mains bioniques ont fait de considérables progrès ces dernières années. Cinq personnes dans le monde vivent aujourd’hui avec une telle main.

C’est par exemple le cas de Mirolad Marinkovic, un jeune autrichien qui avait a perdu l’usage de sa main droite lors d’un accident de moto. Pour pouvoir se faire greffer sa main bionique, il n’a pas hésité à se faire amputer. Aujourd’hui il peut pratiquement tout faire avec sa nouvelle main, même s’il ne ressent rien. « 80% de la douleur que j’éprouvais a disparu et je n’ai plus de problèmes de circulation sanguine », se réjouit-il.

Oskar Aszmann, chirurgien de l’hôpital universitaire de Vienne, admet que « des progrès restent à faire pour pouvoir augmenter la perception du signal nerveux, et avoir ce signal qui remonte de la main jusqu’au cerveau », son équipe médicale a tout de même réussi à reconstruire une bonne partie du système nerveux du bras pour que les ordres les plus subtils du cerveau soient traduits par des gestes.

Melissa Masterton, née sans main gauche, vit désormais normalement depuis qu’elle a reçu une de ces mains bioniques : « Quand j’ai vu comment cette prothèse fonctionnait et tout ce qu’elle permettait, je me suis dit qu’il me la faut ».

Alors que les mains greffées posent le problème du rejet, ces mains bioniques sont devenues une réelle alternative. Sont-elles plus performantes, vont-elles remplacer la greffe traditionnelle ?

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité