Technologies

Elon Musk recommande de faire payer les gouvernements et les entreprises pour utiliser Twitter

“Twitter sera toujours gratuit pour les utilisateurs occasionnels”, a déclaré Musk

Bien que l’acquisition de Twitter par Elon Musk n’ait pas été approuvée, l’homme le plus riche du monde se tient occupé en faisant circuler des idées pour d’éventuelles modifications de la plateforme. Sa proposition la plus récente ? Faire payer les entreprises et les gouvernements pour tweeter.

Twitter : Elon Musk suggère un "coût léger" pour les gouvernements et les entreprises.
Elon Musk propose un « léger coût » pour que les gouvernements et les entreprises puissent utiliser Twitter

« En fin de compte, la chute des francs-maçons a été leurs services gratuits de lapidation », a tweeté Musk. « Twitter sera toujours gratuit pour les utilisateurs occasionnels, mais les utilisateurs commerciaux/gouvernementaux peuvent encourir une petite taxe. »

Comme c’est fréquemment le cas avec Musk, il n’y a aucun engagement à ce plan : le gars se contente de tweeter à ce sujet. Cependant, cela est cohérent avec ce que nous avons déjà entendu concernant les plans de plateforme de Musk.

Reuters a rapporté le mois dernier que M. Musk avait envisagé de faire payer les médias pour qu’ils citent ou intègrent des tweets lorsqu’ils présentent aux banques son acquisition. Chaque justification est simple : Twitter est actuellement gratuit, les utilisateurs apprécient le produit, alors pourquoi ne pas le faire payer ?

Si ces concepts peuvent sembler évidents, ils introduisent une série de complications possibles. En effet, faire payer la citation ou l’intégration de tweets a) violerait le premier amendement (ce qui n’est pas bon signe si vous prônez la liberté d’expression), et b) engendrerait une foule de maux de tête administratifs (ce qui serait délicat si Musk veut réduire le personnel de Twitter). Mike Masnick, de TechDirt, a rédigé un excellent article résumant ces points.

En comparaison, demander aux gouvernements et aux entreprises de payer pour les tweets est un concept plus simple mais néanmoins difficile à réaliser. Par exemple, quelle doit être la taille d’une entreprise avant de devoir payer pour utiliser Twitter ?

Par exemple, vous ne souhaitez sans doute pas que la société Coca-Cola paie le même tarif qu’une petite brasserie locale. Toutefois, si vous ne le faites pas, comment faites-vous la différence ?

Basez-vous vos tarifs sur le nombre d’adeptes (qui peut ne pas refléter précisément la taille d’une entreprise), sur le revenu (qui nécessiterait une validation), ou sur quelque chose d’entièrement différent ? Et, même avec un système à plusieurs niveaux, combien facturez-vous ?

Si vous demandez trop, vous aliénerez les gens et diminuerez l’effet de réseau qui confère aux médias sociaux leur valeur initiale. Si vous demandez trop peu, cela n’aura aucun impact sur vos revenus. Et ainsi de suite. Ces problèmes ne sont pas insolubles, mais ils ne sont ni faciles ni directs.

En tout état de cause, tout ceci n’est que spéculation à ce stade : nous ne savons tout simplement pas ce que Musk a l’intention de faire avec Twitter. Toutefois, cette situation est instructive en soi, car jouer à l’oreille semble être le modus operandi de l’homme le plus riche du monde.

Un récent article du New York Times expliquait comment Musk fuit fréquemment les stratégies commerciales formelles pour préférer fonctionner à l’instinct (et on ne peut pas dire qu’il n’ait pas réussi jusqu’à présent). L’envoi de suggestions de modifications sur Twitter est une pratique courante ; voyons où cela va nous mener.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité