Elon Musk veut arracher la marque Starlink à une entreprise mexicaine

Le projet d’internet par satellite Starlink de SpaceX et Elon Musk connaît quelques problèmes. Mais pas à cause de son fonctionnement en tant que tel, mais à cause de son nom, puisque la société mexicaine StarGroup accuse SpaceX de vouloir s’approprier la marque Starlink.

Elon Musk veut vendre la marque Starlink à une entreprise mexicaine.

StarGroup est une société de télécommunications qui offre des services de télévision tels que StarTV ou des services Internet tels que StarGo. Celles-ci fonctionnent grâce à un système de satellites et permettent l’accès à l’internet ou à la télévision dans les zones rurales ou non desservies, contrairement aux sociétés internet plus traditionnelles.

Selon les experts en propriété intellectuelle, le Starlink de StarGroup est le premier au monde et il n’y a pas eu de précédent enregistrement de marque avec le même nom. Au Mexique, cet enregistrement remonte à novembre 2015, lorsque StarGroup l’a enregistré auprès de l’Institut mexicain de la propriété industrielle (IMPI) avec une poignée d’autres noms.

Toutefois, en 2018, un groupe d’avocats représentant SpaceX a demandé à l’IMPI d’annuler l’enregistrement de Starlink. L’argument est qu’au moment de l’enregistrement, il n’a pas été indiqué précisément quel était le service à protéger sous ce nom. L’IMPI a rejeté la demande de SpaceX et a fait valoir que l’enregistrement de Starlink par StarGroup est en règle.

En raison de ce qui précède, SpaceX a intenté une nouvelle action en justice, maintenant devant la Chambre spécialisée en matière de propriété intellectuelle de la Cour fédérale de justice administrative (TFJA) du Mexique, qui a jugé que la marque Starlink de StarGroup était considérée comme nulle et non avenue, ouvrant ainsi la voie à la société d’Elon Musk pour mettre la main sur le nom.

Cependant, la situation n’est pas terminée : StarGroup a déposé un recours en amparo et a fait valoir que SpaceX était simplement venu avec l’intention de subjuguer et de lui retirer sa marque, en complicité avec la TFJA.

Quitter la version mobile