Technologie

Employés mécontents : Amazon va les payer pour qu'ils débarrassent le plancher

Plutôt que de se lancer dans un processus de licenciement contre ses employés mécontents, Amazon a décidé de leur proposer de démissionner contre un chèque de 2000 à 5000 dollars.

Si les centres logistiques d’Amazon en Allemagne sont souvent au centre de l’attention des médias en raison de nombreuses grèves du personnel, ce sont tous les employés des gigantesques centres logistiques, où sont empaquetées et expédiées les commandes des clients, qui souffrent de conditions de travail jugé difficile et pernicieuses.

Face à ce réel problème, Amazon a décidé de ne garder que son personnel le plus motivé. Mais pour cela, au lieu de licencier ceux qui sont mécontents, l’idée est que ceux-ci donnent leur congé, contre un chèque de 2000 à 5000 dollars.

Pratiquement, Amazon instaurera cette possibilité une fois par an. Baptisée « S’il vous plaît, refusez », cette offre se montera à 2000 dollars la première fois, puis montera de 1000 dollars supplémentaires jusqu’à un maximum de 5000 dollars. Selon les explications de Jeff Bezos, cette idée vise à obliger les employés d’Amazon à prendre le temps de réfléchir sur ce qu’ils veulent vraiment !

Alors que cette opération « Pay to leave » a été annoncée, rien n’indique pour le moment qu’elle sera appliquée en Europe. Par contre, il apparait certain qu’elle ne concernera pas les intermédiaires qui sont nombreux à travailler dans ces entrepôts.

Alors que les syndicats locaux, notamment en Allemagne, réclament principalement une hausse des salaires, Amazon a donc bel et bien décidé de payer… mais pour que les mécontents débarrassent le plancher !

Amazon va payer ses employés mécontents pour qu'ils démissionnent
Amazon va payer ses employés mécontents pour qu’ils démissionnent

Si cet article a captivé votre intérêt, vous trouverez certainement les prochains tout aussi passionnants. Assurez-vous de ne rien manquer en vous abonnant à linformatique.org sur Google News. Suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter.

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page