Espace : deux exoplanètes étaient en réalité des « mirages »

Alors que deux exoplanètes, Gliese 581d et Gliese 581g, constituaient de bons candidats au titre de planètes habitables, des astronomes démontrent qu’ils ne s’agiraient que de « mirages », que ces astres n’auraient jamais existés.

C’est en recherchant de petites éclipses liées au passage d’une planète devant son étoile que les exoplanètes sont principalement détectées. Cette méthode de détection de planète par vitesse radiale, la recherche de décalages réguliers vers le rouge ou vers le bleu de la lumière d’une étoile, n’est pas remise en cause en elle-même, mais améliorée par les récentes découvertes d’astronomes américains.

Au lieu d’être dû aux passages d’autres astres, de petits décalages réguliers peuvent également être provoqués par des mouvements d’avant en arrière de l’étoile, induits par l’attraction gravitationnelle exercée par les planètes. C’est ce que les chercheurs ont découvert pour l’étoile Gliese 581.

De ce fait, les deux planètes en orbite, Gliese 581d et Gliese 581g, ne seraient en fait que des « mirages », des exoplanètes qui n’auraient en fait jamais existé.
C’est dans un article paru dans la revue Science que les scientifiques expliquent en détail leur découverte, que l’activité interne de l’étoile naine explique nettement mieux les variations de son spectre lumineux.

Si Gliese 581 perd ainsi deux planètes, de récents travaux laissent à penser que cette étoile n’est pas solitaire avec de fortes probabilités de l’existence de trois autres planètes candidates au titre de planète habitable. Il faut en effet préciser que Gliese 581g avait fait beaucoup parler d’elle en 2010 pour être officiellement la première planète potentiellement habitable, un qualificatif que Gliese 581d avait également reçu après avoir été dans un premier temps considérée comme trop froide.

De fait, si l’annonce de ces mirages est quelque part une mauvaise nouvelle, la bonne nouvelle est que cette découverte permet d’affiner la méthode de détection des planètes et a fiabilisé les résultats de ces découvertes.

La planète 581g, première candidate au titre de planète potentiellement habitable n’existe pas.
Quitter la version mobile