Technologies

Facebook veut mettre fin aux deepfakes : il introduit une méthode pour détecter les images manipulées

Les scientifiques de Facebook ont présenté une méthode permettant de détecter plus facilement les deepfakes, des fausses images hyperréalistes, et de déterminer leur origine, grâce à l’intelligence artificielle.

Facebook veut mettre fin aux deepfakes : ils présentent une méthode pour détecter les images manipulées
Deepfake d’une scène de The Shining : à gauche, vous pouvez voir le visage de Jim Carrey par-dessus celui de Jack Nicholson.

Les Deepfakes constituent un problème sur Internet, car ils peuvent être utilisés pour manipuler ou diffamer des personnes en leur faisant dire ou faire des choses qu’elles n’ont pas dites ou faites. Ces « deepfakes » reposent sur des technologies d’intelligence artificielle.

Notre système facilitera la détection des « deepfakes » et le suivi des informations connexes », ont déclaré Tal Hassner et Xi Yin, deux chercheurs du réseau social qui ont travaillé sur la question avec l’université d’État du Michigan.

Leur méthode devrait fournir « des outils pour mieux enquêter sur les incidents de désinformation coordonnée utilisant des deepfakes », ont-ils déclaré.

Pour développer leur système, ils ont utilisé une technique connue sous le nom de « rétro-ingénierie », qui consiste à déconstruire la fabrication d’un produit ou, dans ce cas, d’une vidéo ou d’une photo.

Leur logiciel identifie les imperfections ajoutées lors de l’édition qui altèrent l’empreinte des images. En photographie, cette empreinte peut être utilisée pour identifier le modèle d’appareil photo utilisé.

En informatique, « il peut être utilisé pour identifier le système de génération utilisé pour produire le tour », expliquent les scientifiques.

L’année dernière, Microsoft a dévoilé un logiciel permettant de détecter les photos ou les vidéos truquées, l’un des nombreux programmes destinés à lutter contre la désinformation à l’approche de l’élection présidentielle américaine.

Fin 2019, Google avait rendu public des milliers de vidéos « deepfakes » réalisées par ses équipes pour les mettre à disposition des chercheurs qui souhaitaient développer des méthodes de détection des images manipulées.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité