Technologies

Faut-il avoir peur des robots ? Sophia suscite fascination et terreur

Ceux qui ont vu le réalisme de Ava dans le film « Ex Machina » sont conscients que des robots ultras réalistes existeront peut-être un jour. Ce jour est déjà arrivé comme le prouve une présentation faite par Hanson Robotics lors du festival South by Southwest (SXSW). Le robot en question s’appelle Sophia.

Grâce à un matériau synthétique, la peau de son visage se rapproche de l’élasticité de la peau humaine. C’est tout simplement à peine croyable. À cela, il faut ajouter que différents moteurs lui permettent de froncer les sourcils et contracter ses autres « muscles » pour reproduire une soixantaine d’expressions faciales, nettement plus que les 21 principales répertoriées chez l’homme.

Avec un tel résultat, Sophia est un robot ultra réaliste qui fascine par sa similitude avec un véritable être humain. D’un autre côté, ce robot terrifie tout autant, si ce n’est plus. On peut en effet se demander jusqu’à quel point une telle machine pourrait être un jour indifférentiable d’un véritable être humain.

Ce qui rassure, si on peut le dire, c’est que Sophia n’est pas encore une réplique parfaite d’un être humain. Alors qu’elle répète « Je vais détruire l’humanité », son faciès se crispe encore très souvent, ce qui lui donne des similitudes avec les robots de la série Real Humans, mais en version épileptique.

Il ne faut pas non plus négliger d’autres qualités de Sophia, comme son excellente mémoire et les caméras qui lui servent d’yeux, de quoi lui permettre de se souvenir de tous les visages que le robot a déjà rencontré. En plus, il parle. Pour cela, il utilise des éléments open source de Google et un système d’autoapprentissage pour s’améliorer avec le temps.

Le constat est que l’aspect des robots devient de plus en plus proche des êtres humains. Mais il ne faut pas voiler la face, d’ici quelques années, ils seront pratiquement impossibles à différencier. Selon Hanson Robotics, cela pourrait être d’ici une vingtaine d’années.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité