Sciences

Le gigantesque réservoir de la future fusée de Blue Origin dévoilé

Blue Origin, la société aéronautique de Jeff Bezos, déplace littéralement les pièces de sa future fusée réutilisable. Selon des images publiées par Ars Technica, la société a déjà déplacé un gigantesque réservoir en acier inoxydable à Cap Canaveral, où il sera testé pour sa fiabilité.

L'énorme réservoir du futur fuselage de Blue Origin a été révélé

Ce réservoir sera l’un des modules de la fusée New Glenn, la première fusée réutilisable qui sera construite par Blue Origin dans le cadre d’un projet appelé Project Jarvis. Les tests sur le réservoir commenceront en septembre.

Le réservoir est un élément clé du projet Jarvis de Blue Origin, car le projet sera incroyablement coûteux et une fusée réutilisable permettra de réduire considérablement les coûts. Dans le même temps, le succès du projet Jarvis signifie que Blue Origin sera en mesure de concurrencer véritablement SpaceX et son Starship. Et si cette dernière a connu quelques tentatives d’atterrissage ratées, il est également vrai qu’elle a plusieurs années d’avance sur eux en termes de pièces réutilisables.

Les fusées réutilisables sont essentielles pour l’avenir des missions spatiales, car elles sont non seulement moins chères, mais elles permettront également de lancer plus facilement des engins spatiaux plus grands que les fusées traditionnelles. Le Starship de SpaceX mesure 120 mètres de haut (394 pieds) et pourra transporter non seulement des humains, mais aussi jusqu’à 100 tonnes de marchandises.

Mais ce n’est pas seulement sur le plateau de la fusée géante que SpaceX et Blue Origin s’affrontent, mais aussi sur le plan juridique. Un procès intenté par Blue Origin contre la NASA a mis en suspens le projet d’emmener des astronautes sur la Lune. L’action en justice affirme que le contrat d’un million de dollars attribué par la NASA à SpaceX était irrégulier et doit donc être examiné et résolu par la justice.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité