Technologies

L’armée électronique syrienne (EES) compromet plusieurs sites web

Plusieurs sites web ont été compromis par l’armée électronique syrienne (EES). Ils affichent un pop-up signalant ce piratage.

Un certain nombre de sites web ont été compromis par l’armée électronique syrienne (EES), notamment le site de paris en ligne William Hill, les journaux The Daily Telegraph, The Independent et La Repubblica, ainsi que la chaine d’information CNBC. La compromission des sites se traduit par l’affichage d’un pop-up de revendication de cette action.

Comme le précise les sociétés qui ont victimes de ce piratage, l’attaque n’a pas ciblé les sites à proprement parler, mais un widget tiers utilisé par les sites. Elles précisent qu’aucune donnée personnelle des visiteurs n’a été compromise. armee-electronique-syrienne-ees-sites-web-photo-1

Pour procéder à cette attaque, l’EES a compromis l’enregistrement DNS d’un certain nombre de domaines de gigya, ce qui a permis aux pirates de rediriger les internautes vers d’autres pages web et d’activer ces fameux messages pop-up.

Ce collectif de pirates était relativement calme ces derniers temps. Mais avant cela, en 2013, il avait également utilisé une attaque DNS pour rendre temporairement impossible l’accès au New York Times, au Huffington Post et à d’autres victimes, comme les plates-formes de médias sociaux de la BBC, d’Associated Press, de The Guardian et de Skype. L’EES avait par ailleurs réussi à placer ses propres liens sur les sites du Washington Post, de CNN et de Time Magazine.

armee-electronique-syrienne-a-pirate-des-medias

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité