Technologie

Les internautes pleurent « Expedit » le meuble en voie de disparition

Ikea a annoncé qu’il va cesser de vendre son meuble nommé Expedit prochainement, une mauvaise nouvelle qui a mis en colère collective les aficionados du fameux meuble sur Facebook.

Pourquoi Ikea remplace l'étagère Expedit

Cela depuis qu’un magasin de la marque en Allemagne a affiché une annonce pour informer les clients que c’était leur dernière occasion pour s’en procurer du meuble à succès monstre Expedit.

Une annonce qui a poussé les collectionneurs de vinyles allemands a créée une page sur Facebook en riposte qu’ils ont baptisée «Rettet das Ikea Expedit Regal» traduite en Français « Sauvez l’étagère Expedit », et qui rassemble aujourd’hui 22.000 fans une semaine seulement après sa création le 13 février.

Ensuite des pages similaires ont vu le jour dans différents pays et avec différentes langues, mais avec une seule chose en commun les lamentations et professions d’amour pour le meuble par les internautes.

Le deuil et nostalgie continuent sur la toile, et les internautes sont inconsolables répétant tout le même slogan : « Noooooon! Je ne comprends pas… n’est-elle pas un produit phare ? Je ne connais personne qui n’en ait pas une chez lui », selon eux l’étagère du géant suédois était parfaite, et ils n’arrivent pas à comprendre la raison pour laquelle il serait retiré du marché.

Pourtant, d’autres trouvent que ce mouvement organisé sur Facebook pour sauver le meuble est loin d’être raisonnable et tous les internautes ne sont pas d’accord sur l’ampleur qu’a pris le sujet, l’ironie de Fabrice Brouwers sur Twitter en est la preuve : « Pendant que tu te morfonds sur tes pauv’petits problèmes, #Ikea arrête la production de #Expedit alors, hein… ».

Si cet article a captivé votre intérêt, vous trouverez certainement les prochains tout aussi passionnants. Assurez-vous de ne rien manquer en vous abonnant à linformatique.org sur Google News. Suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter.

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page