Technologies

Les tours du monde qui ont fait l’histoire de l’aviation

L’histoire de l’aviation est faite de tours du monde, que cela soit en avion ou en ballon.

À l’heure où l’avion solaire Solar Impulse 2 a entamé son tour du monde avec escales, il est bon de se remémorer des principaux tours du monde qui ont marqué l’histoire de l’aviation.

C’est entre le 6 avril et le 28 septembre 1924 que les Américains Lowell Smith-Leslie Arnold et Erik Nelson-John Harding, à bord de deux Douglas DT2, réalise le premier tour du monde en avion. Il leur a fallu 371 heures et 11 minutes de vol.

En 1931, Wiley Post et Harold Gatty bouclent leur tour du monde avec escales en 8 jours, 11 heures et 45 minutes.

Wiley Post récidive en 1933, mais en solo cette fois.

C’est le duo Jeana Yeager et Dick Rutan qui réalise en 1986, à bord de Voyager, le premier tour du monde sans escale ni ravitaillement. Partis de la base aérienne d’Edwards (Californie) le 14 décembre, ils s’ reposent le 23 décembre après avoir parcouru quelque 42 000 km en neuf jours.

En 1999, le Suisse Bertrand Piccard et le Britannique Brian Jones, à bord du Breitling Orbiter III, réalise le premier tour du monde en ballon sans escale. Lors de cette tentative, les aérostiers battent plusieurs records : le tour du monde le plus rapide en ballon (15 jours, 10 heures et 24 minutes), le record de distance avec 40 814 km et le vol le plus long avec une durée de 477 h et 47 minutes (19 jours, 21 heures et 47 minutes).

L’Américain Steve Fosset entre dans la légende de l’aviation en réussissant en 2002 le premier tour du monde en ballon en solitaire.

À bord du Virgin Atlantic GlobalFlyer, Steve Fosset devient le premier homme à réussir un tour du monde en avion en solitaire, sans escale ni ravitaillement, en 2005.
Le 11 février 2006, Steve Fosset, toujours lui, établit le record du plus long vol sans escale en avion en parcourant 42 450 km en un peu plus de 76 heures, soit un tour du monde complet et une seconde traversée de l’Atlantique.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité