Technologies

Liste noire de sites illicites : Fleur Pellerin est pour l’idée

Interpelée au sujet du rapport de Mireille Imbert-Quaretta qui proposait la mise en place d’une liste noire des sites illicites, Fleur Pellerin s’est prononcée en faveur de cette idée. Hadopi : Fleur Pellerin favorable à une liste noire de sites à bannir

C’est devant la commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale que Fleur Pellerin a été interpelée au sujet des dispositions avancées par le rapport de Mireille Imbert-Quaretta, notamment la création d’une liste noire des sites illicites. La ministre de la Culture et de la Communication a répondu que ces suggestions lui paraissent « extrêmement intéressantes et censées » à mettre en place au nom de la protection du droit d’auteur.

De fait, malgré la réduction de ses moyens, l’HADOPI pourrait se voir confier le mandat de l’établissement et de la publication de cette liste noire, une idée que Fleur Pellerin qualifie de « parfaitement entrer dans le cadre de ses compétences ».

Alors que la justice est normalement séparée du pouvoir de l’État, le fait que l’HADOPI juge le caractère légal ou non d’un site web pointe du doigt cette séparation des pouvoirs. Quels seront les critères qui seront retenus par l’administration ?

La question est d’autant plus pertinente qu’une plateforme comme YouTube héberge régulièrement des films piratés, ce qui pourrait amener le site à figurer sur cette liste noire. Mais vu les enjeux économiques et financiers, sera-ce vraiment le cas ou est-ce qu’il pourrait y avoir plusieurs « vitesses » ?

Le débat sur cette liste noire risque donc d’être complexe, surtout lorsqu’elle sera publiquement publiée.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité