Jeux

Pourquoi les nouveaux MacBook Pro ne feront pas de bons ordinateurs de jeu

Apple vient de dévoiler son nouveau MacBook Pro redessiné avec les processeurs M1 Pro et M1 Max. Si je ne peux m’empêcher d’être impressionné par les performances annoncées par la société, je n’ai pas pu m’empêcher d’entendre plus d’une personne se demander si ces nouvelles machines seront soudainement bonnes pour les jeux. Même sans les avoir testés, je pense que la réponse est non.

MacBook Pro M1 Pro et M1 Max
Pourquoi les nouveaux MacBook Pro ne feront pas de bons ordinateurs de jeu

Avoir toute la vitesse du monde ne sert à rien si vous ne pouvez pas installer de nouveaux jeux.

Les M1 Pro et M1 Max sont des processeurs à 10 cœurs avec une carte graphique intégrée (pour une meilleure efficacité énergétique) de 16 cœurs dans le cas du Pro, et de 32 Go dans le cas du Max. Les nouveaux processeurs bénéficient également d’un partage unifié de la mémoire entre le CPU et le GPU.

Les 32 Go de mémoire unifiée sur le M1 Pro et les 64 Go sur le M1 Max permettent des largeurs de bande de 200 Go/s et 400 Go/s respectivement.

Grâce à tous ces changements architecturaux, Apple affirme que les performances des nouveaux MacBooks ne sont pas affectées par le fonctionnement sur batterie seule. C’est une bonne chose, surtout si l’on considère que de nombreux ordinateurs portables Windows passent en mode économie d’énergie dès que vous les débranchez.

Par rapport aux derniers processeurs PC à huit cœurs, Apple affirme que le M1 Pro offre 1,7 fois les mêmes performances de processeur en utilisant 70 % d’énergie en moins. Elle affirme également que le GPU du M1 Pro est 7 fois plus rapide que n’importe quelle carte graphique intégrée pour PC, et fournit la même puissance qu’une carte graphique discrète puissante pour ordinateur portable, mais avec une consommation d’énergie réduite de 70%.

Les comparaisons d'Apple sont spectaculaires jusqu'à ce que vous lisiez les petits caractères pour les mettre en contexte.
Pourquoi les nouveaux MacBook Pro ne feront pas de bons ordinateurs de jeu

Tous ces discours grandiloquents semblent très impressionnants jusqu’à ce que vous vous plongiez un peu plus dans les détails. Les petits caractères du communiqué de presse précisent que la multiplication par 1,7 des performances du processeur est mesurée par rapport à un MSI GP66 Leopard, qui est un ordinateur portable de 10e génération basé sur Intel.

En d’autres termes, il est de la génération précédente et aura bientôt deux générations de plus lorsqu’Intel lancera les nouveaux processeurs Alder Lake plus tard cette année.

Sur le plan graphique, la « puissante carte graphique pour ordinateur portable » à laquelle Apple fait référence lorsqu’elle affirme que le GPU du M1 Pro est aussi rapide mais consomme 70 % d’énergie en moins est la Nvidia 3050 Ti d’un Lenovo Legion 5 (82JW0012US).

Je ne veux pas dénigrer le 3050Ti, mais ce n’est pas exactement ce qui me vient à l’esprit quand je pense à une « puissante carte graphique discrète pour ordinateur portable ». Si vous êtes un adepte des jeux vidéo, vous savez que ce terme fait référence à un RTX360 (ou son équivalent AMD) ou plus. Que vous puissiez les trouver sur le marché à un prix raisonnable ou non.

Et le plus important. Pour les benchmarks de cette présentation, Apple a utilisé un modèle de pré-production du MacBook Pro avec un processeur M1 Pro, une carte graphique à 16 cœurs et 32 Go de RAM.

Nous parlons d’une machine qui coûtera 3 100 dollars, contre 1 050 dollars pour le Lenovo Legion 5. En d’autres termes, Apple ne compare pas des pommes avec des pommes, pour ne pas dire plus.

Il ne fait aucun doute que les nouveaux MacBooks sont des machines puissantes, mais ce ne sont pas des machines de jeu.
Pourquoi les nouveaux MacBook Pro ne feront pas de bons ordinateurs de jeu

Je ne veux pas trop ternir les performances des processeurs M1 Pro et M1 Max, car ce qu’Apple a réalisé avec ces AMD personnalisés est vraiment impressionnant, notamment en termes de rapport puissance/efficacité énergétique. Mais comme pour tout le matériel Apple, ils ne sont pas bon marché. Le modèle d’entrée de gamme coûte 1 999 dollars.

Et il y a toujours le plus gros problème. Les jeux triple A les plus puissants du moment ne peuvent tout simplement pas être installés sur les Macs. Il suffit de regarder les nouveaux jeux comme Far Cry 6, Deathloop, New World… pas un seul d’entre eux n’est compatible avec MacOS.

À moins que vous ne vouliez vous limiter à jouer à l’un des quelques jeux compatibles, comme World of Warcraft, vous n’avez pratiquement plus d’options. Bootcamp ne fonctionne pas sur les Macs basés sur M1, alors bonne chance pour essayer d’installer Windows sur l’un des nouveaux MacBook Pro.

Les M1 ont peut-être un net avantage en matière d'efficacité énergétique, mais les performances sont similaires à celles des ordinateurs portables beaucoup moins chers.
Pourquoi les nouveaux MacBook Pro ne feront pas de bons ordinateurs de jeu

Non pas qu’Apple prétende que les nouveaux MacBooks sont des ordinateurs portables de jeu, mais la société a fait de nombreuses références à ce sujet lors de son dévoilement, en dehors du fait qu’elle a fait sortir les développeurs pour vanter la puissance de ses nouvelles puces.

À la décharge d’Apple, certaines des comparaisons qu’elle a faites (comme celle que vous voyez ci-dessus) ont été faites en utilisant un Razer Blade Advanced 15, mais cette comparaison concerne l’efficacité énergétique à puissance graphique égale.

Les nouveaux MacBooks équipés des processeurs M1 Pro et M1 Max sont peut-être parfaits pour le développement de jeux, mais quelque chose me dit qu’ils ne seront pas aussi bons pour les jeux en raison des limitations de l’OS.

Y a-t-il une lumière au bout du tunnel pour ceux qui rêvent de jouer à des jeux AAA sur Mac ? Le seul espoir pour l’instant est que la puissance des nouvelles puces incite les studios de développement à commencer à créer des jeux pour macOS.

Tenter de détrôner les PC de leur trône de jeu est un défi de taille, et disposer de processeurs puissants n’est que la première étape.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité