Sciences

La mission de Crew-2 vers l’ISS se termine avec succès et quelques frayeurs

Miami, 24 avril (EFE) – La mission Crew-2, composée de deux astronautes de l’agence spatiale américaine (NASA), d’un astronaute de l’agence spatiale européenne (ESA) et d’un astronaute de l’agence spatiale japonaise (JAXA), s’est achevée samedi.

Le vaisseau spatial Crew Dragon de SpaceX s'arrime avec succès à la Station spatiale internationale

La mission Crew-2, composée de deux astronautes de l’agence spatiale américaine (NASA), d’un astronaute de l’agence européenne (ESA) et d’un astronaute japonais (JAXA), a achevé avec succès son voyage vers la Station spatiale internationale (ISS) à bord d’une capsule Dragon de la société SpaceX.

« Nous sommes très heureux d’être ici et prêts à nous mettre au travail », a déclaré Megan McArthur, l’une des deux astronautes de la NASA, en s’adressant au chef par intérim de l’agence américaine, Steve Jurczyk, une fois qu’ils sont entrés dans la station.

La capsule, qui a été envoyée dans l’espace par une fusée Falcon 9 de SpaceX qui a décollé à 9h49 GMT vendredi du Centre spatial Kennedy à Cap Canaveral, en Floride, s’est amarrée à 9h08 GMT au module Harmony de la station spatiale alors qu’elle survolait l’océan Indien à 425 kilomètres.

Une fois à l’intérieur de l’ISS, Megan McArthur et Shane Kimbrough (NASA), le Japonais Akihiko Hoshide (JAXA) et le Français Thomas Pesquet (ESA) se sont fait photographier avec les sept autres astronautes qui les attendaient sur la station.

Les quatre membres de la mission Crew-2 sont entrés dans l’histoire en volant pour la première fois dans une fusée et une capsule qui avaient déjà été utilisées auparavant.

UNE FRAYEUR SANS HISTOIRE

Le voyage s’est déroulé sans incident, à l’exception d’une frayeur à 17h43 GMT vendredi, lorsqu’un débris spatial est passé très près de la capsule alors que les astronautes se préparaient à dormir.

La capsule Crew Dragon de SpaceX s'arrime à la Station spatiale internationale

Sarah Gilles, de SpaceX, a contacté les astronautes par radio environ 20 minutes avant la « conjonction » et leur a dit qu’ils devaient immédiatement « s’habiller et sécuriser leurs sièges » en vue d’un éventuel impact.

Le Français Pesquet lui a répondu en confirmant qu’il avait reçu les instructions et qu’ils les appliquaient. Peu après, Gilles a rappelé pour leur dire que le débris ne passerait pas aussi près qu’ils l’avaient d’abord craint.

Dans une autre conversation radio quelques minutes plus tard, il les a avertis que le danger était passé, selon les enregistrements fournis aux médias spatiaux.

C’est la première fois en plus de 20 ans que des astronautes des agences spatiales américaine, européenne et japonaise volent ensemble.

C’est également la première fois que deux capsules Dragon sont amarrées à la Station spatiale internationale en même temps.

UNE GARE BONDÉE

En novembre dernier, la mission Crew-1 est arrivée à l’ISS avec quatre autres astronautes à son bord – les Américains Shannon Walker, Michael Hopkins et Victor Glover et le Japonais Soichi Noguchi – qui reviendront sur Terre à bord du même appareil le 28 avril si les plans ne changent pas.

Dans la capsule qui est arrivée aujourd’hui, appelée Endeavour, deux astronautes vétérans de la NASA, Bob Behnken et Doug Hurley, qui sont revenus sur Terre en août 2020, se sont rendus à l’ISS pour un vol d’essai historique appelé Demo-2, qui a débuté fin mai 2020.

Le propulseur de la fusée Falcon 9 utilisé pour le lancement de vendredi avait déjà servi en novembre dernier pour le lancement de la mission Crew-1.

Cette réutilisation, pour réduire les coûts, est la clé de l’alliance de la société d’Elon Musk et de la NASA pour multiplier les vols vers l’ISS afin de faire progresser les expériences scientifiques et les futures missions vers la Lune et Mars.

La station spatiale internationale est un projet de plus de 150 000 millions de dollars, composé de 15 modules permanents.

Ce laboratoire, qui tourne autour de la Terre à une distance de 400 kilomètres et à une vitesse de plus de 27 000 kilomètres par heure, fait tourner des astronautes internationaux qui mènent des études et contribuent à des recherches médicales et autres.

Les trois autres occupants actuels de l’ISS sont les Russes Oleg Novitski et Piotr Dubrov et l’Américain Mark Vande Hei, qui sont arrivés le 9 avril à bord du vaisseau spatial russe Soyouz MS-18 qui a décollé du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan.

Ce vol célébrait le 60e anniversaire du vol de Youri Gagarine, le premier vol humain dans l’espace, et le 40e anniversaire du premier vol de la navette spatiale, la Columbia.

En 2020, grâce à des contrats de plusieurs millions de dollars avec SpaceX et Boeing, la NASA a pu reprendre les voyages d’astronautes vers l’ISS depuis le sol américain, interrompus depuis 2011, date à laquelle le programme de navettes spatiales a pris fin après l’envoi de la dernière, Atlantis.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité