Sciences

Les missions spatiales qui nous étonneront en 2022

Les projets spatiaux qui nous couperont le souffle en 2022

De nouvelles missions spatiales sont lancées chaque année, et 2022 ne fera pas exception. Voici les missions qui ne feront peut-être pas les gros titres, mais qui nous apprendront de nouvelles choses sur l’Univers.

Le vaisseau spatial Orion (blanc) en cours d'installation sur la mégafusée SLS (en bas, jaune). NASA
Le vaisseau spatial Orion (blanc) en cours d’installation sur la mégafusée SLS (en bas, jaune). NASA

La science spatiale connaîtra de grands moments en 2022. Voici les événements importants prévus pour l’exploration du système solaire, les vols spatiaux et l’étude du cosmos depuis l’espace.

1. Le télescope spatial James Webb (JWST). Le remplaçant de Hubble déploie actuellement son immense parasol après son lancement historique à Noël dernier. Vers la mi-2022, il est prévu qu’il commence à effectuer des observations scientifiques régulières. Il s’agit du télescope spatial le plus puissant, le plus sophistiqué et le plus coûteux au monde.

2. Europa est située sur Mars. Mars s’approchera à nouveau de l’opposition le 8 décembre 2022, après une année d’expérimentation sur la surface martienne avec le rover Persévérance et l’hélicoptère Ingenuity (NASA). Cette année est donc l’occasion idéale d’envoyer de nouvelles expéditions sur la planète rouge. ExoMars, la mission de l’Agence spatiale européenne (ESA) (reportée de 2020), doit être lancée de Baïkonour en septembre. Ce projet, qui inclut également Roscosmos, devrait envoyer le rover européen Rosalind Franklin sur la surface martienne d’ici 2023.

Il s'agira de la première mission du Space Launch System.
Artemis-1 est le vol d’essai vers la Lune (sans équipage) prévu pour mars au plus tôt afin de certifier les nouvelles navettes spatiales Orion.

3. Préparer le retour sur la Lune. Artemis-1 est le voyage d’essai lunaire sans équipage prévu au plus tôt en mars pour valider les nouvelles navettes spatiales Orion. Il s’agira de la première mission du Space Launch System.

La nouvelle fusée lourde de la NASA, le Space Launch System (SLS), placera le vaisseau spatial Orion sur une orbite lunaire rétrograde de 6 jours. CAPSTONE, la prochaine mission Artemis prévue pour cette année, montrera la stabilité des orbites halo quasi-rectilignes autour de la Lune. Il s’agit des premières étapes du programme Artemis de la NASA, dont l’objectif ultime est d’entreprendre un voyage humain sur la Lune en 2025, qui inclura au moins une femme astronaute.

La NASA n’est toutefois pas la seule agence à viser la Lune. L’agence japonaise JAXA lancera le Smart Lander, l’ISRO indienne lancera Chandrayaan 3, un assemblage d’un orbiteur et d’un rover, et l’agence russe Roscosmos lancera Luna-25 vers le pôle sud lunaire en juillet, dans le prolongement de la mission Luna-24 menée par l’Union soviétique en 1976. Enfin, les Émirats arabes unis ont l’intention d’envoyer un microrover, tandis que la Corée du Sud compte envoyer l’orbiteur KPLO.

4. Les missions lunaires commerciales sont possibles. Les alunissages commerciaux commenceront en 2022. Intuitive Machines 1 (IM1), équipé du robot Nova-C, devrait être lancé en octobre, tandis que IM2 devrait arriver au pôle sud lunaire en décembre pour creuser la surface et collecter des échantillons du sous-sol.

Astrobotic a développé le robot Peregrine, qui sera lancé sur la nouvelle fusée Vulcan Centaur de United Launch Alliance, transportant plus d’une douzaine de charges utiles destinées à être testées par des partenaires commerciaux et la NASA. En outre, ce vaisseau spatial déposera les cendres de l’auteur visionnaire Arthur C. Clarke sur la surface lunaire.

5. Observer le Soleil. Le 3 septembre, l’orbiteur solaire (ESA) effectuera une importante manœuvre autour de Vénus pour modifier son inclinaison et offrir une perspective plus polaire du soleil. En janvier, la Chine lancera sa première mission dirigée vers le Soleil : l’Observatoire solaire avancé basé dans l’espace (ASO-S). De plus, l’Inde a l’intention de déployer un télescope solaire spatial, l’Aditya-L1, plus tard cette année.

6. Mise en orbite terrestre. Les missions commerciales visant à entrer en orbite terrestre vont se multiplier cette année, prolongeant la lutte acharnée entre Tesla et les employeurs d’Amazon. SpaceX, l’entreprise d’Elon Musk, a annoncé qu’elle effectuerait un lancement test de sa fusée Starship début mars. Ce vol pourrait être suivi d’une série d’autres vols d’essai tout au long de l’année. Le Starship est un vaisseau spatial réutilisable capable de transporter jusqu’à 100 tonnes de marchandises en orbite basse. SpaceX effectuera également son premier voyage touristique vers la Station spatiale internationale fin février (mission Axiom 1, AX1, Crew Dragon), auquel participera l’ancien astronaute espagnol Michael Lopez-Alegria.

Blue Origin, l’entreprise fondée par Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon.com, lancera sa première fusée orbitale, New Glenn, cette année également. Elle aura une capacité de charge utile de 50 tonnes pour l’orbite terrestre basse et de 14 tonnes pour l’orbite géostationnaire.

Boeing, de son côté, prévoit de relancer les vols d’essai du Starliner en mai après un échec en 2019. Si les missions non habitées se déroulent bien, Boeing utilisera ensuite le Starliner pour transporter trois personnes vers la Station spatiale internationale.

Dans la deuxième partie de 2022, PLD Space veut faire voler Miura 1, un prototype de la première fusée réutilisable européenne consacrée au lancement de petits satellites.

Récupération de la mission Psyche. NASA
Récupération de la mission Psyche. NASA

7. PSYQUE. Ce vaisseau spatial de la NASA, qui vise à explorer l’astéroïde métallique Psyque, sera lancé en août avec une fusée de la société privée SpaceX. Il est prévu qu’il atteigne sa destination en 2026. Le même vaisseau spatial transportera Janus, comme charge utile secondaire, qui a pour mission d’explorer deux astéroïdes binaires.

8. Espace profond supplémentaire. Les missions dans l’espace lointain vont se poursuivre pendant de nombreuses années, et en 2022, de nombreuses étapes importantes seront franchies pour plusieurs d’entre elles. Le 23 juin, la sonde européenne BepiColombo devrait effectuer sa deuxième approche rapprochée de Mercure.

Le 26 septembre, la mission DART de la NASA devrait s’écraser sur la surface de Dimorphos, la petite lune de l’astéroïde Didymos, afin de modifier sa période orbitale. Trois jours plus tard, le vaisseau spatial Juno (qui orbite autour de Jupiter depuis cinq ans) glissera à 350 kilomètres au-dessus d’Europe, l’une des lunes les plus fascinantes de Jupiter.

9. Station spatiale chinoise (CSS). Après le lancement du module central Tianhe en avril 2021, la Chine devrait achever la construction du CSS (également appelé Tiangong), avec l’ajout des modules Wentian et Mengtian, d’ici la fin 2022. Elle a l’intention d’y maintenir un équipage permanent pendant au moins dix ans. L’avenir de la station spatiale internationale (ISS) n’étant pas assuré au-delà de 2024, le CSS pourrait devenir la seule destination spatiale stable pendant une longue période.

10. Des informations supplémentaires seront fournies prochainement. En outre, les perspectives pour 2023 sont grandes. La mission européenne JUICE, qui vise à explorer les lunes de Jupiter, l’atterrissage du rover Rosalind Franklin sur Mars, le retour sur Terre des échantillons recueillis par la sonde Osiris-Rex sur l’astéroïde Bennu, le projet de tourisme sur la Lune de SpaceX et le premier vol habité de l’Inde ne sont que quelques-uns des événements qui continueront à remplir cette ère de grandes aventures et d’émotions spatiales.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité