Sciences

La NASA va tester les appels vidéo et les assistants vocaux lors du prochain voyage sur la lune

La première mission sans pilote sera dotée de l'assistant vocal Alexa d'Amazon et d'un service de Cisco

Le projet Artemis aspire à ramener l’humanité sur la Lune après 49 ans sans voyage habité ; toutefois, la société devra attendre le troisième lancement de ce projet pour transporter des personnes. Le premier lancement non habité du vaisseau spatial Orion aura lieu le 12 mars. Lockeed Martin, la firme qui a conçu le véhicule spatial, a déclaré que ce voyage permettrait de tester deux technologies actuellement utilisées sur Terre : l’assistant vocal Alexa et le service de chat vidéo Webex.

Lors de son prochain voyage vers la lune, la NASA va tester les conversations vidéo et les assistants vocaux.
La NASA va tester les appels vidéo et les assistants vocaux lors de sa prochaine mission lunaire.

Callisto est le nom que portera une intégration matérielle et logicielle créée par les ingénieurs de la mission spatiale en collaboration avec Cisco et Amazon et qui sera testée pour la première fois lors de la mission Artemis 1.

Selon Lockeed Martin, Callisto pourrait être utilisé à l’avenir pour que les astronautes soient plus autonomes lors de l’exploration de l’espace, pour cela, Webex sera intégré avec un écran qui permettra les communications vocales et vidéo, pour sa part, Alexa fonctionnerait sans connexion Internet, car il est destiné à servir d’assistant virtuel, comme un ordinateur de bord dans le style de Star Trek et d’autres films de science-fiction.

Callisto démontre pour la première fois que les technologies commerciales peuvent bénéficier aux futures missions spatiales. En tant que méthode de connexion sociale, Amazon a permis une commande unique et, à partir de maintenant, n’importe qui pourra dire « Alexa, emmène-moi sur la Lune » pour les haut-parleurs Echo et d’autres appareils compatibles avec Alexa pour suivre la mission Artemis 1.

La fusée SLS décollera pour la première fois du Centre spatial Kennedy à Cap Canaveral, ce qui permettra d’envoyer le vaisseau spatial Orion pour un voyage de plusieurs semaines autour de l’orbite de la Lune et de retour sur Terre. La mission durera entre trois et six semaines, en fonction de l’emplacement de la planète et du satellite naturel au moment du lancement.

Les futures missions Artemis établiront la première station spatiale en orbite autour de la Lune et s’efforceront de transporter la première femme et la première personne de couleur sur la surface lunaire, dans un souci d’autonomisation et d’inclusion de la part de la NASA.

Amazon et Stellantis vont collaborer au développement de voitures plus intelligentes et de camionnettes plus propres

Cet accord vise à renforcer les ambitions de la société de Bezos, qui souhaite s’implanter plus profondément dans le secteur des transports, et pourrait aider Stellantis à se rapprocher de Tesla en matière de développement de voitures.

Stellantis a déclaré qu’elle utiliserait la technologie Alexa pour permettre des fonctions commandées par la voix, « la navigation, l’entretien des voitures, les places de marché du commerce électronique et les services de paiement. » Amazon aidera également Stellantis à accélérer le développement de produits numériques et à « améliorer les compétences de la main-d’œuvre mondiale de Stellantis. »

Stellantis et d’autres fabricants ne sont pas en mesure de rivaliser avec la capacité de Tesla à installer rapidement de nouvelles fonctionnalités et des services d’abonnement générateurs de revenus via des logiciels en nuage.

Dans le cadre de cette collaboration, Stellantis fera appel à Amazon en tant que « fournisseur privilégié de services en nuage » pour offrir le réseau mobile et la capacité de traitement nécessaires aux futures voitures. En outre, Amazon sera le premier client du constructeur automobile pour sa nouvelle gamme de camionnettes de livraison électriques, qui fera ses débuts en 2023.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité