Jeux

Nintendo : les 1000 visages de Satoru Iwata

Satoru Iwata est mort. Il laisse un vide énorme chez Nintendo avec ses 1000 visages.

La firme japonaise aura sans doute un avant et un après Satoru Iwata, tant l’ancien président de Nintendo a façonné la société durant son mandat de PDG.

Nintendo : Les 1000 visages de Satoru Iwata
Nintendo : les 1000 visages de Satoru Iwata

Satoru Iwata n’est plus. Avec ses 1000 visages, ses 1000 facettes, il laisse un grand vide chez Nintendo.

Il y aura certainement un avant et un après Satoru Iwata chez Nintendo, tellement cet homme a marqué l’entreprise japonaise au cours de son passage à sa tête.

En effet, maintenant qu’il est décédé, comment ne pas se rappeler l’immense impact qu’il a eu sur la communication de Nintendo en arborant 1000 visages, 1000 facettes pour s’adapter au mieux à chaque situation.

Pour les Nintendo Direct ou les Digital Events, Satoru Iwata n’a jamais hésité à arborer le visage de la situation, que cela revêtir un costume de plombier, se transformer en zombie … Il s’est aussi fait remarquer par son combat acharné contre avec Reggie Fils, sans oublier ses très nombreuses autoparodies.

À cela, il faut ajouter toutes les figurines à son effigie, que cela soit en LEGO, sous forme de marionnette ou de Mii.

Même face à la maladie, lors de l’E3 2012, il adopte un regard béat d’un régime de bananes, regard qui donnera naissance à un torrent de tweets de soutien contre sa maladie en 2013, sous le hashtag BananasForIwata.

En fait, la disparition de Satoru Iwata, l’homme aux 1000 visages, va laisser un grand vide chez Nintendo. Il sera difficile pour le groupe japonais de trouver une autre perle rare à même d’insuffler le même vent de fraîcheur, de proximité et de légèreté.

Nintendo : les 1000 visages de Satoru Iwata
Nintendo : les 1000 visages de Satoru Iwata
Nintendo : les 1000 visages de Satoru Iwata
Nintendo : les 1000 visages de Satoru Iwata

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité