Technologies

Une nouvelle technologie permet de rafraîchir des pièces sans électricité

Notre planète s’assèche rapidement et la température globale augmente chaque année, une situation qui a conduit à l’utilisation de systèmes de refroidissement dans les maisons, mais qui ne sont pas toujours les plus écologiques.

SkyCool Systems, une nouvelle technologie qui permet de refroidir des pièces sans avoir recours à l'électricité.

C’est pourquoi la méthode innovante mise au point par la société SkyCool Systems, qui consiste en une nouvelle technologie de refroidissement qui rayonne la chaleur à travers l’atmosphère, réduisant la température de l’air ambiant d’environ 12 degrés Celsius, est si frappante.

Ainsi, cette méthode de refroidissement n’utilise pas d’électricité, ce qui est pertinent puisqu’on estime qu’environ 7 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont générées par les systèmes de refroidissement des habitations et des transports.

Ces panneaux radiants développés par SkyCool sont capables d’absorber toute la chaleur générée par le soleil et, au lieu de la renvoyer dans le bassin de gaz qui réchauffe la planète, ils l’expulsent dans l’espace.

Aaswath Raman, spécialiste des matériaux à l’université de Californie à Los Angeles, a constaté que la technologie du refroidissement radiatif, comme les panneaux et les peintures réfléchissant l’espace, avait déjà été étudiée auparavant, mais abandonnée car jugée « impossible ».

Les travaux menés par le chercheur en collaboration avec SkyCool visent maintenant à remplacer tous les climatiseurs d’une école dans le cadre d’un projet visant à déterminer si leur film spécial peut devenir le principal agent de refroidissement d’une pièce.

Un groupe de scientifiques a développé des modèles suggérant que si seulement 1,5 % du monde était couvert par ces panneaux, et que ceux-ci pouvaient être maintenus pendant une période suffisamment longue, toute la chaleur supplémentaire créée par la crise climatique pourrait être reflétée.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité