Les astronomes découvrent de nouvelles planètes et les appellent « orphelines »

La galaxie de la Voie lactée compte entre 100 et 400 milliards d’étoiles et chacune d’entre elles est associée à une variété de planètes et d’exoplanètes en orbite autour d’elles.

Les astronomes ont découvert de nouvelles planètes et les ont appelées "orphelines"
Les astronomes découvrent de nouvelles planètes et les appellent "orphelines"

Mais, en outre, les scientifiques ont découvert qu’il existe un groupe de planètes qui flottent seules dans l’immensité de l’espace. Elles n’ont pas d’orbite autour d’une étoile, ni ne sont associées à la gravité d’autres corps, ce sont les planètes exilées.

Selon une nouvelle découverte, faite grâce aux données obtenues par le télescope Kepler, ces corps abandonnés seraient situés vers le centre de notre galaxie, à côté d’une mer d’étoiles.

À l’origine, le télescope Kepler n’était pas conçu pour cette fonction, mais cela s’est produit grâce au phénomène astronomique connu sous le nom de lentille gravitationnelle.

Microlentilles gravitationnelles

Le télescope Kepler a passé environ 30 minutes par jour à pointer le centre de la Voie lactée pendant deux mois. Pendant ce temps, le télescope a capté 27 signaux de microlentillage gravitationnel de courte durée, qui pourraient être causés par des planètes orphelines, dont certaines auraient une masse très similaire à celle de notre Terre.

La lentille gravitationnelle est un phénomène astronomique qui se forme lorsqu’un objet passe devant un corps massif lumineux plus éloigné. Lorsque cela se produit, la lumière de fond devient temporairement plus brillante et est amplifiée.

Les signaux avec lesquels les astronomes ont travaillé étaient la version micro de la lentille gravitationnelle. Ceux-ci sont plus difficiles à trouver, surtout lorsqu’ils sont pointés vers le centre de la galaxie, dans des secteurs remplis d’étoiles brillantes.

L’équipe de scientifiques espère maintenant que la NASA pourra confirmer l’existence réelle de leur découverte grâce à la mission qui lancera le télescope romain Nancy Grace dans l’espace en 2020.