Le pétrole chute par crainte d’une variante du Delta

Les prix du pétrole ont terminé la semaine en baisse en raison des craintes concernant la demande de pétrole brut suite à la propagation de la variante delta du coronavirus, une inquiétude renforcée par l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Le pétrole baisse en raison de la crainte de la variance Delta
Le pétrole chute par crainte d'une variante du Delta

Le Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a reculé de 1 % à 70,59 dollars le baril à Londres par rapport à la clôture de jeudi, tandis qu’à New York, le brut WTI pour livraison en septembre a perdu 0,94 % à 68,44 dollars le baril. « Nous sommes sous l’influence de la nouvelle covid-19. Pour l’instant, il est négatif et c’est ce qui affecte les prévisions de la demande », a déclaré James Williams de WTRG Economics.

Les dernières données de l’AIE publiées jeudi « n’ont pas aidé le sentiment du marché », ont noté Warren Patterson et Wenyu Yao, analystes chez ING. L’AIE estime que le marché pourrait redevenir « excédentaire » en brut d’ici 2022 si l’OPEP+ (l’OPEP et ses alliés) continue à augmenter sa production en suspendant les réductions et si d’autres producteurs augmentent leur extraction en réponse à la hausse des prix.

L’AIE a revu à la baisse ses prévisions de demande mondiale de pétrole pour cette année en raison de l’avancée de la pandémie, notamment en Asie. « La croissance de la demande s’est brusquement inversée en juillet et les perspectives pour le reste de l’année 2021 ont été revues à la baisse en raison de l’aggravation de la progression de la pandémie », indique le rapport.

Les nouvelles restrictions liées au covid-19 imposées dans plusieurs grands pays consommateurs de pétrole, notamment en Asie, devraient réduire la mobilité et l’utilisation du pétrole au cours du second semestre.