Technologie

Samsung Galaxy S3 : est-ce que nous portons des bombes sur nous ?

Si les smartphones font partie de notre quotidien, ceux-ci peuvent être dangereux pour notre santé, au point de devenir de véritable bombe. C’est la mésaventure vécue par une jeune fille de 18 ans.

Fanny, âgée de 18 ans, a été brûlée au 3e degré à la cuisse après que son téléphone portable ait explosé dans sa poche et brûlé. Cette jeune Suissesse explique avoir entendu l’explosion, puis avoir senti une odeur chimique alors que son Samsung Galaxy S3 venait de prendre feu dans sa poche. Quelques secondes plus tard, des flammes jaunes atteignaient lui atteignait l’épaule.

En état de choc, Fanny n’a pas réagi et c’est le sang froid de son maitre d’apprentissage qui a évité le pire, il a en effet eu la lucidité de lui arracher son vêtement.

Si cet accident incrimine Samsung, il pose surtout la dangerosité des smartphones, surtout de la batterie qui peut visiblement s’avérer être une véritable bombe incendiaire. C’est en effet souvent une mauvaise utilisation de la batterie qui est à l’origine des accidents, heureusement rares pour le moment. L’accumulation d’énergie et de produits chimiques n’attendant que le bon moment pour se libérer… en espérant que cela soit pour un usage normal.

Ce n’est pas pour rien que les mises en garde expliquent bien qu’il ne faut pas exposer son téléphone portable à de fortes chaleurs, sous peine de mauvaises surprises.

Mais cet accident pose tout le problème de dormir à côté de son smartphone, ou de le trimbaler à longueur de journée dans sa poche. Sont-ils aussi dangereux que cela ? De vraies bombes ?

Si cet article a captivé votre intérêt, vous trouverez certainement les prochains tout aussi passionnants. Assurez-vous de ne rien manquer en vous abonnant à linformatique.org sur Google News. Suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter.

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page