Steve Jobs est mort il y a 10 ans : ses droits et ses torts concernant l’avenir

Le cofondateur d’Apple était en avance sur son temps à bien des égards, comme le fait de s’appuyer sur le cloud pour un usage personnel dans les années 1990.

Steve Jobs est mort il y a dix ans : quels sont ses droits et ses obligations en termes d'avenir ?
Apple a licencié Steve Jobs avec cette image en 2011. | Source : Apple

Steve Jobs est décédé il y a 10 ans, le 5 octobre 2011. Le cofondateur d’Apple a laissé une marque indélébile sur l’industrie technologique. Dans certains cas, il s’est projeté dans l’avenir et dans d’autres, il est compréhensible qu’il ne reconnaisse pas le monde d’aujourd’hui.

Quelques succès et échecs à souligner.

Apple au sommet

Les critiques ne manquent pas sur le fait qu’Apple n’a pas su innover depuis le départ de Steve Jobs, mais l’entreprise a plus de valeur que jamais en 2021.

Les iPhones ont été les téléphones mobiles les plus vendus au dernier trimestre de 2020 et Apple s’impose comme un géant des semi-conducteurs avec Apple Silicon.

Tim Cook a succédé avec succès à Steve Jobs.

Tim Cook, le successeur de Steve Jobs, a toujours été remarqué pour sa capacité à gérer les chaînes d’approvisionnement depuis l’époque où il travaillait chez Compaq. Il n’est pas un génie du marketing, mais il est indéniable qu’il permet à Apple de rester rentable et pertinent.

Les services au cœur de l’action

Lorsqu’iTunes est apparu, Steve Jobs pensait que les utilisateurs voudraient toujours être propriétaires de leur musique.

L’émergence de services comme Spotify, qui ont profité de connexions mobiles plus rapides et plus fiables, a prouvé le contraire.

Apple a misé gros sur les services : Apple Music, Apple TV+, Apple Arcade, entre autres, s’annoncent comme une source importante de revenus.

Tim Cook a suivi une directive clé

Apple a quitté la Chambre de commerce américaine en 2009. L’association discutait à l’époque de la question de savoir si le réchauffement de la planète était une menace réelle.

Dans une interview accordée à Business Week, M. Jobs a reproché à Dell et à HP de ne pas être assez « verts ».

Apple s’est engagée dans une voie plus respectueuse de l’environnement et lui a même reproché de ne pas inclure de chargeurs.

« Qui a besoin d’un stylet ? »

C’est ce qu’a déclaré Steve Jobs en présentant le premier iPhone lors d’une conférence de 2007 qui est entrée dans l’histoire.

Apparemment, même Apple n’en a pas eu besoin. Grâce en grande partie à Samsung et à sa gamme Note, l’accessoire est revenu sur le devant de la scène et Apple a fini par l’adopter pour son iPad sous le nom d’Apple Pencil.

Steve Jobs a exclu le stylet en tant qu’accessoire en 2007.

Travail à distance

Le monde a radicalement changé avec le coronavirus, qui a obligé les entreprises à adopter des modalités telles que le travail à distance.

En 1997, Steve Jobs disposait déjà d’un moyen de travailler à domicile presque comme s’il était au bureau. Lors de la conférence WWDC de 1997, il a décrit à quel point son système de travail à distance basé sur le cloud était extraordinaire.

« J’ai des ordinateurs chez Apple, Pixar, NeXT et à la maison. Je rentre dans n’importe lequel d’entre eux, je me connecte au réseau, je trouve mon répertoire sur le serveur et j’ai tout ce dont j’ai besoin, où que je sois. Rien de tout cela n’est sur un disque local. Le serveur… est mon disque local », a-t-il expliqué.

Microsoft n’a pas succombé

Steve Jobs a déclaré à Wired en 1996 que Microsoft allait « succomber » au marché des ordinateurs de bureau.

Microsoft s’est réinventé grâce à des investissements clés dans le secteur du cloud computing et se maintient aux côtés des ordinateurs de bureau, qui ont connu une croissance historique grâce à la pandémie de COVID-19.

Le grand rival d’Apple

Steve Jobs a entretenu une relation cordiale avec Google jusqu’à l’arrivée d’Android. Des photos datant d’août 2007 montrent M. Jobs en train de visiter la cafétéria du géant de la technologie avec le fondateur Larry Page et le PDG de l’époque, Eric Smichdt.

En 2008, Android est apparu, devenant la plus grande plateforme mobile du monde, supplantant la proposition de Jobs.