Sciences

Le stress vous fait devenir gris, mais le processus peut être inversé

Il est de notoriété publique que les situations stressantes nous font grisonner, mais une étude a réussi à quantifier pour la première fois ce lien et à vérifier que, dans certains cas, lorsque la source de stress est éliminée, les cheveux retrouvent leur couleur.

Le stress provoque des cheveux gris, mais le processus peut être inversé

Selon la légende, en 1793, la nuit précédant sa décapitation, les cheveux de Marie-Antoinette avaient perdu leur couleur et semblaient complètement blancs.

Si le mythe entourant les dernières heures de la dernière reine de France n’est pas fondé, l’idée que le stress peut provoquer un grisonnement prématuré repose sur des bases scientifiques.

Et ce n’est pas tout, une nouvelle étude de l’université Columbia publiée dans la revue eLife le révèle : lorsque la source de stress est supprimée, les cheveux peuvent reprendre leur couleur habituelle.

« Depuis des décennies, nous essayons de comprendre l’influence du stress sur le processus de grisonnement, et c’est la première étude qui montre un lien clair entre le stress psychologique et les cheveux blancs », déclare à BBC Mundo Martin Picard, professeur de médecine comportementale au Vagellos College of Physicians and Surgeons de l’université Columbia et co-auteur de l’étude.

L’équipe a pu prouver en partie le lien entre les deux en mettant au point une méthode qui lui a permis d’étudier la couleur de chaque cheveu dans les moindres détails et de quantifier la perte de pigmentation.

L’effet des vacances

Les cheveux blancs peuvent-ils redevenir noirs

Les chercheurs ont analysé des poils individuels provenant de diverses parties du corps d’un groupe de 14 volontaires d’âges différents, à qui l’on avait demandé de noter leur niveau de stress hebdomadaire dans un journal.

Ils ont constaté que chez les jeunes participants, lorsque le stress disparaissait, les cheveux retrouvaient leur couleur.

L’un des exemples les plus frappants est celui d’un homme qui a retrouvé la couleur de cinq des brins analysés après avoir passé deux semaines en vacances.

M. Picard précise que le changement de couleur ne se produit pas lorsque le cheveu est hors du follicule pileux, mais lorsqu' »il pousse à l’intérieur de cette sorte de mini-organe qui se trouve sous la peau ».

Selon le chercheur, la perte de couleur est probablement due à des changements dans les mitochondries, les organites cellulaires qui fournissent la majeure partie de l’énergie nécessaire à l’activation des réactions biochimiques de la cellule.

« Le stress psychologique affecte les processus énergétiques dans les mitochondries, et lorsque les mitochondries ne fonctionnent pas bien, les cheveux perdent leur pigment », explique-t-il.

Pas toujours inversé

Si, dans certains cas, les cheveux peuvent temporairement reprendre leur couleur, cela ne se produit pas dans tous les cas, notamment chez les personnes qui ont des cheveux blancs depuis longtemps.

« Il existe une sorte de seuil biologique et lorsque le cheveu est proche de ce seuil, le stress peut pousser le cheveu au-dessus et le faire blanchir », explique le chercheur.

« Lorsque la source de stress est supprimée, les cheveux peuvent revenir et retrouver leur couleur foncée », dit-il.

« Mais lorsque les cheveux ont dépassé le seuil pendant des décennies, il est très peu probable qu’ils reviennent en arrière », ajoute-t-il.

Cela signifie que les avantages de la réduction du stress ne se traduiront pas nécessairement par un changement de couleur de cheveux pour tout le monde.

Selon M. Picard, cette étude ouvre la voie à la recherche d’autres processus liés au vieillissement qui sont influencés par le stress et à la manière dont ils peuvent être inversés.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité