Télécom

Deux syndicats donnent leur feu vert aux 5 000 départs volontaires de SFR

Mission accomplie pour SFR. L’opérateur voulait un accord rapide au sujet de son plan de biffer 5 000 emplois. C’est chose faite avec le feu vert donné par les deux syndicats majoritaires.

Feu vert des syndicats pour les 5 000 départs volontaires de SFR

SFR veut biffer un tiers de ses effectifs d’ici la fin 2017, soit faire passer quelques 5 000 à la trapper avant la fin de l’année prochaine. Pour préparer la mise en œuvre de ce plan, l’opérateur a multiplié les rencontres avec les syndicats. La direction espérait aboutir à un accord rapide, c’est chose faite avec le feu vert donné par les deux syndicats majoritaires.

C’est jeudi dernier que l’UNSA et la CFDT ont donné leur feu vert au plan prévoyant 5 000 départs volontaires, dont 1 000 dès cette année. « Nous sommes parvenus à trouver un accord équilibré permettant de garantir les intérêts des collaborateurs comme les perspectives de l’entreprise », écrit Michel Paulin, le directeur général de SFR Télécom.

« En signant cet accord, la CFDT ne cautionne ni le volume ni les choix de suppressions de postes », explique le syndicat. « L’accord ne règle pas tout, il sécurise plusieurs points importants », précise l’organisation. Il n’est notamment fait mention d’aucun départ contraint avant 2019 et le maintien d’une présence régionale.

Une échéance repoussée à mi-2019

L’intention initiale de SFR était de procéder à cette réduction d’effectif dans les plus brefs délais, dès la fin de la promesse faite au gouvernement au moment du rachat de SFR par le groupe Altice. En fait, « Face à une cible initialement affichée de 9 000 salariés restant à terme, nous avons obtenu que le pôle Télécom SFR compte un minima de 10 000 salariés jusqu’à mi-2019 », indique la CFDT, ce qui laisse un peu plus de répit aux salariés.

Par ailleurs, il est indiqué que les salariés qui quitteront volontairement SFR toucheront une indemnité de 2,5 mois de salaire brut par année d’ancienneté.

Alors que Myriam El Khomri, la ministre du Travail, s’était intéressée au plan de SFR au nom du gouvernement, cet accord avec les syndicats est certainement rassurant. Le dialogue semble avoir été constructif au point de rapidement déboucher sur un accord.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Un commentaire

  1. Quel va être l’impact sur le service qui est déjà limité ? Espérons que les départs volontaires ne se fassent pas parmi les meilleurs ce qui arrive souvent dans ce genre de plan, car eux ils savent qu’ils trouveront un job.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité